Vingt gènes associés au trouble bipolaire

SciencesDes chercheurs bâlois ont participé à une étude internationale qui a mis en lumière vingt nouveaux gènes associés au trouble maniaco-dépressif.

Le matériel génétique de 30'000 patients bipolaires a été analysé.

Le matériel génétique de 30'000 patients bipolaires a été analysé. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une étude internationale à grande échelle a permis d'identifier vingt nouveaux gènes associés au trouble bipolaire. Les personnes atteintes de cette maladie alternent entre des épisodes maniaques et dépressifs.

La maladie, aussi appelée trouble maniaco-dépressif, touche 1% de la population une fois dans sa vie. De précédentes recherches avaient déjà montré que plusieurs gènes différents contribuent au développement de trouble bipolaire. Dans le cadre d'une nouvelle étude, publié dans la revue «Nature Genetics», une équipe de recherche internationale a identifié vingt nouvelles régions du génome qui sont impliquées dans ce trouble.

Les chercheurs, dont Sven Cichon de l'Hôpital universitaire de Bâle et son équipe, ont comparé le matériel génétique de 30'000 patients bipolaires et 170'000 sujets sains, précise l'Université de Bâle dans un communiqué. L'objectif de cette «étude d'association pangénomique» était de détecter de petites différences dans le matériel génétique qui se produisent plus fréquemment chez les patients que chez les sujets sains.

Au total, les chercheurs ont identifié trente régions du génome liées au trouble bipolaire. Vingt d'entre elles n'avaient jamais été associées à cette maladie, selon l'Université de Bâle.

Régulation de l'insuline et de la douleur

M. Cichon et son équipe ont été particulièrement impliqués dans l'évaluation des données et la découverte de la fonction biologique des gènes des sections du génome identifiées. Par exemple, ces gènes contiennent le plan de construction des canaux ioniques qui influencent l'activité neuronale.

De plus, l'analyse a fourni pour la première fois la preuve que la régulation de l'insuline et les facteurs de la régulation de la douleur par l'organisme sont également liés au développement de la maladie. L'étude a également montré que les différences entre deux types cliniquement distincts de troubles bipolaires se reflètent également dans le génome.

Le type 1, associé à des phases maniaques et dépressives plus marquées, est plus proche de la schizophrénie au niveau génétique, précise l'Université de Bâle. Le type 2, moins accentué, présente des indications génétiques d'un lien avec la dépression.

Les études d'association pangénomique fournissent des indices importants sur la base biologique des maladies. Elles peuvent déboucher sur de nouveaux axes thérapeutiques. (ats/nxp)

Créé: 03.05.2019, 16h10

Articles en relation

«Repérons plus tôt le trouble bipolaire»

Santé mentale Dix ans s’écoulent entre les premiers signes de la maladie et le diagnostic. Or un traitement précoce apporte de bons résultats. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...