La tuberculose résiste déjà aux nouveaux traitements

EtudeDes scientifiques suisses s'inquiètent: même les antibiotiques de dernière génération n'arrivent pas à venir à bout de la maladie.

A l'EPFL, on trouve le pôle mondial contre la tuberculose. (image d'illustration).

A l'EPFL, on trouve le pôle mondial contre la tuberculose. (image d'illustration). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Récemment homologués, deux nouveaux médicaments contre la tuberculose doivent déjà faire face à des résistances, selon des chercheurs. Ces derniers mettent en garde contre les conséquences d'une telle découverte.

Les scientifiques de l'Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH) ainsi que de l'Université de Zurich ont publié les résultats de leurs travaux dans le magazine spécialisé «New England Journal of Medicine», a indiqué mercredi Swiss TPH dans un communiqué.

Leur étude montre que les nouveaux antibiotiques Bédaquiline et Delamanid rencontrent déjà une double résistance. Ces deux substances appartiennent pourtant à la nouvelle génération de médicaments très efficaces contre la tuberculose. Elles ont été homologuées récemment aux Etats-Unis et en Europe.

Multirésistance chez un Tibétain

Ces substances sont les deux seules encore à disposition pour lutter contre la tuberculose multirésistante. Un cas avait été diagnostiqué chez un Tibétain venu s'installer en Suisse en 2010. Une thérapie avec quatre antibiotiques différents n'avait donné aucun résultat. Seule la Bédaquiline avait eu un effet et l'homme avait été considéré comme guéri en 2013. Cinq mois plus tard, il avait fait une rechute. Il avait alors été traité avec sept antibiotiques différents, sans succès, puis finalement avec du Delamanid. Là aussi sans résultat.

La maladie a développé une résistance en quelques semaines. Le Tibétain n'a survécu que grâce à une ablation partielle des poumons. Des scientifiques ont analysé les bactéries du patient sur une période de trois ans.

Combinaison de thérapies

Les chercheurs ont constaté que la maladie développe très rapidement des résistances contre les nouveaux antibiotiques. Afin d'empêcher le phénomène, il faudra probablement avoir recours à des combinaisons de thérapies avec plusieurs antibiotiques.

Ensemble, toutes ces substances devraient non seulement éliminer toutes les bactéries, mais aussi rendre plus difficile l'apparition de résistances. Il n'existe toutefois aucune étude sur les possibles effets secondaires d'une telle combinaison de thérapies.

Recherche négligée

Les chercheurs du Swiss TPH estiment également que la recherche sur la tuberculose a été négligée. Pendant des décennies, on a consacré trop peu d'argent à l'élaboration de nouveaux médicaments contre la maladie, probablement parce que l'on considère qu'elle touche seulement les pays en voie de développement.

Ce n'est plus le cas depuis longtemps, souligne Swiss TPH. Des souches multirésistantes à la tuberculose sont présentes dans plusieurs pays de l'est de l'Europe. «Qu'une tuberculose multirésistante soit à peine guérissable en Suisse me donne du souci», a déclaré Sébastien Gagnieux, de Swiss TPH, cité dans le communiqué.

Menace globale

La tuberculose reste une menace globale, souligne l'institut. C'est une maladie infectieuse contagieuse. Les cas de tuberculose multirésistante se multiplient dans l'est de l'Europe, en Asie et dans certaines parties de l'Afrique. De nouveaux médicaments et de nouveaux vaccins doivent être trouvés d'urgence.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la tuberculose a tué plus de 1,5 million de personnes dans le monde en 2014. La même année, 9,6 millions de nouveaux cas ont été recensés. Plus de la moitié (54%) se sont produits en Chine, en Inde, en Indonésie, au Nigeria et au Pakistan. (ats/nxp)

Créé: 11.11.2015, 23h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les polices municipales pourraient disparaître
Plus...