Passer au contenu principal

EawagTester des cellules plutôt que des poissons vivants

Des chercheurs suisses et britanniques suggèrent de réaliser les tests toxicologiques sur des cellules de poissons afin d'éviter de sacrifier ces derniers.

Photo d'illustration - Plus d'un million de poissons sont utilisés chaque année pour des tests toxicologiques et pour la recherche rien qu'en Europe.
Photo d'illustration - Plus d'un million de poissons sont utilisés chaque année pour des tests toxicologiques et pour la recherche rien qu'en Europe.
Keystone

Actuellement, quelque 400 poissons doivent périr pour tester l'impact d'un seul nouveau produit chimique sur l'environnement. Des chercheurs suisses et britanniques proposent une nouvelle stratégie: des analyses en laboratoire sur des cellules de poissons.

Rien qu'en Europe, plus d'un million de poissons sont utilisés chaque année pour des tests toxicologiques et pour la recherche. Les autorités environnementales exigent que de tels tests soient effectués avant l'autorisation des nouveaux produits chimiques, car la croissance sur les premiers stades de développement est très sensible à la pollution de l'eau.

Discutable d'un point de vue éthique

Cependant, l'utilisation croissante d'animaux de laboratoire est discutable d'un point de vue éthique. De plus, les tests sont contraignants, coûteux et durent des semaines, voire des mois. C'est pour cette raison que la recherche, les autorités et l'industrie sont en quête d'autres solutions.

Un projet de l'Institut de recherche sur l'eau Eawag, en collaboration avec les EPF de Zurich et de Lausanne ainsi que l'Université de York (GB), propose une solution vendredi dans la revue Science Advances: au lieu d'utiliser des poissons vivants, les expériences sont réalisées sur des cellules branchiales de poissons en laboratoire.

Après seulement cinq jours, l'augmentation plus ou moins rapide du nombre de cellules selon l'exposition aux produits chimiques, combinée à l'extrapolation issue d'un modèle informatique, présente une concordance étonnante avec les expériences réalisées indépendamment sur les poissons.

Moins cher et plus rapide

Pour Kristin Schirmer, toxicologue de l'environnement à l'Eawag, «il s'agit d'un grand pas vers des procédures de tests simplifiées, moins coûteuses et plus rapides». «C'est la première fois que nous pouvons déduire de façon précise grâce aux cultures cellulaires les effets sur les animaux qui ne seraient visibles qu'après plusieurs semaines, voire plusieurs mois», indique-t-elle, citée dans un communiqué de l'institut.

Cependant, quelques inconnues subsistent, notamment de savoir si les cellules branchiales sont des indicateurs pour tous les tissus du poisson. Il est possible que les autres cellules réagissent différemment ou encore qu'elles transforment biologiquement les produits chimiques testés.

La première auteure de l'étude, Julita Stadnicka-Michalak, s'est vu décerner le prix du Young Scientist Award par la Société de toxicologie et de chimie environnementale (SETAC-Europe) lors de la conférence annuelle à Glasgow.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.