Passer au contenu principal

AstronomieLe télescope CHEOPS passe ses premiers tests

Le satellite-observatoire suisse a effectué une première mission importante, mercredi.

Satellite suisse placé avec succès.

Le télescope spatial suisse CHEOPS est en orbite depuis le 18 décembre. Le satellite-observatoire a passé ses premiers tests importants mercredi matin. Cela prendra encore quelques semaines avant que les premières vraies photos soient prises.

Peu de temps après le lancement en décembre, les personnes impliquées dans la mission CHEOPS ont testé la communication avec le satellite qui transporte le télescope spatial. Après une pause pendant les vacances, la mise en service a commencé cette semaine: activer et tester tous les composants avant que CHEOPS puisse commencer sa mission scientifique.

Première mission suisse

CHEOPS (abréviation de CHaracterising ExOPlanet Satellite) est la première mission de l'Agence spatiale européenne (ESA) sous la direction de la Suisse. Ses objectifs consistent à étudier les exoplanètes en observant les étoiles autour desquelles elles orbitent.

Mercredi matin, CHEOPS a passé deux tests importants: pour la première fois, le centre de contrôle près de Madrid a tenté de démarrer l'ordinateur du télescope. L'équipe a également vérifié la fonctionnalité des éléments chauffants du satellite, qui peuvent être utilisés pour contrôler la température du télescope. L'instrument ne doit pas devenir trop froid.

«Ça ne pourrait pas être mieux»

Les deux tests se sont extrêmement bien passés. «Ça ne pourrait pas être mieux», a déclaré avec enthousiasme le directeur de la mission CHEOPS Willy Benz de l'Université de Berne à l'agence de presse Keystone-ATS.

CHEOPS orbite autour de la terre à une altitude d'environ 700 kilomètres en environ une heure et demie - toujours exactement le long de la frontière jour-nuit. À l'aube et au crépuscule, le satellite scientifique survole le centre de contrôle près de Madrid et est alors à portée pour un à deux tests au maximum.

L'équipe veut prendre une première photo jeudi matin, mais complètement noire. Le couvercle du télescope reste fermé pendant un certain temps. «Il reste encore beaucoup à faire avant d'ouvrir le couvercle», a déclaré Willy Benz. La première image est de montrer si le dispositif à transfert de charge CCD adapté pour CHEOPS fonctionne.

Des centaines d'images noires suivront la semaine prochaine pour calibrer l'instrument. L'objectif est de supprimer ultérieurement les signaux d'interférence induits par le matériel via une correction d'image. Le couvercle ne peut être ouvert qu'une seule fois et ne peut pas être refermé.

Moment de vérité

Le moment de vérité devrait survenir le 27 janvier, moment où le couvercle sera ouvert. Dans la soirée, lorsque CHEOPS passera à nouveau au-dessus du centre de contrôle près de Madrid, la première image réelle sera prise et transmise au centre de contrôle au sol.

Le traitement des données aura lieu au «Science Operations Center» à l'Université de Genève, c'est-à-dire le centre où seront effectuées la planification des observations, la gestion au quotidien des opérations scientifiques et l'analyse des données.

Aujourd'hui, on estime qu'il y a dans la galaxie au moins autant de planètes que d'étoiles, soit à peu près 100 milliards. CHEOPS va en observer à peu près 500 et ainsi composer «une photo de famille des exoplanètes».

CHEOPS a été mis au point et assemblé par l'Université de Berne en étroite collaboration avec l'Université de Genève. Plus de 4000 exoplanètes - orbitant autour d'une étoile autre que le Soleil - ont été détectées depuis la découverte de la première, 51 Pegasi b, il y a 24 ans par les Prix Nobel de physique 2019 Michel Mayor et Didier Queloz de l'Université de Genève.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.