Vivez en direct le lancement du premier satellite suisse

Le télescope CHEOPS a été imaginé et conçu principalement par des chercheurs des universités de Berne et de Genève.

L’installation de CHEOPS dans la fusée Soyouz.

L’installation de CHEOPS dans la fusée Soyouz. Image: ESA/ Pedoussau

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si la météo est clémente ce mardi matin, le télescope spatial CHEOPS (pour CHaracterising ExOPlanet Satellite) devrait s’envoler à bord d’une fusée Soyouz, depuis la base de Kourou, en Guyane française. Il s’agit du premier satellite imaginé et conçu principalement par des chercheurs suisses, des universités de Berne et de Genève. Pour l’occasion, l’UNIGE retransmettra en direct son lancement, commenté par des ingénieurs et des scientifiques qui ont participé au projet.

Cette mission, assurée conjointement par la Suisse et l’Agence spatiale européenne (ESA), ouvre une nouvelle ère dans l'étude des exoplanètes (soit des planètes situées hors de notre système solaire). CHEOPS prévoit d’en scruter 400 à 500 dans les années à venir. Les données récoltées par le télescope seront centralisées par l’UNIGE au sein du «Science Operations Center», où seront effectuées la planification des observations, la gestion des opérations scientifiques et l’analyse des données. Prix Nobel de physique 2019 en compagnie de Michel Mayor, le Genevois Didier Queloz sera aux premières loges, à Kourou, pour observer la réussite - ou l'échec - de ce projet imaginé il y a plus d'une décennie. Les deux chercheurs de l’Observatoire de Genève ont été honorés, rappelons-le, pour avoir découvert la première exoplanète, en 1995. «Notre système solaire est-il un cas particulier ou un modèle standard? Nous ne le savons pas encore», a remarqué Didier Queloz lors d'un entretien avec les médias dans l'avion l'emportant de Paris vers la Guyane.

Que faut-il pour qu'un système solaire comme le nôtre voie le jour? Quelles sont les conditions nécessaires pour l'apparition de la vie? CHEOPS tentera notamment de répondre à ces deux questions en mesurant avec précision le diamètre d'exoplanètes connues et, sur la base de données déjà disponibles, en fournissant une indication sur leur texture.

Le lancement en direct dès 9h ce mardi sur unige.ch, avec analyses, commentaires et explications de scientifiques et d’ingénieurs.

Créé: 16.12.2019, 17h33

Articles en relation

L’Europe et la Nasa veulent dévier un astéroïde avec un satellite kamikaze

Espace Ils vont envoyer un projectile en juillet 2021, pour un impact prévu en octobre 2022. Plus...

L’incroyable histoire du «drapeau suisse» sur la Lune

50 ans de la Lune Avant même la bannière étoilée, le premier objet qui a été planté sur notre satellite naturel a été pensé et conçu à Berne. Récit d’une aventure scientifique qui aurait pu ne jamais arriver. Plus...

Un satellite suisse enfin mis en orbite par SpaceX

EPFL Le lancement du premier satellite de la start-up Astrocast, plusieurs fois été reporté, a finalement eu lieu lundi soir. Plus...

Un Icare high-tech à la conquête du Soleil

Science Le satellite Solar Orbiter de l'ESA va étudier notre étoile sous toutes les coutures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...