Passer au contenu principal

SpaceX lance sa première grappe de satellites

SpaceX a lancé les 60 premiers mini-satellites de sa future constellation destinée à fournir internet depuis l'espace.

Une fusée Falcon 9 a décollé de Cap Canaveral en Floride vers 02H30 GMT. (Vendredi 24 mai 2019)

La société spatiale californienne SpaceX a lancé jeudi une fusée contenant les 60 premiers mini-satellites de sa future constellation «Starlink». Celle-ci est destinée à fournir internet depuis l'espace et qui pourrait un jour compter 12'000 satellites.

Une fusée Falcon 9 de la société créée par Elon Musk a décollé sans incident de Cap Canaveral en Floride vers 04h30 (suisses) avec à son sommet une coiffe entièrement remplie par les 60 satellites. Une heure plus tard, le second étage de la fusée a relâché les satellites en grappe, à environ 450 km d'altitude.

«Confirmation du déploiement réussi des 60 satellites 'Starlink'», a écrit la société sur son compte Twitter. Les satellites se sont ensuite propulsés «pour atteindre une altitude opérationnelle de 550 km», écrit sur son site internet SpaceX.

Les «Starlink» se situent donc au-dessus de la Station spatiale internationale (environ 400 km) mais bien en-dessous de la plupart des autres satellites en orbite terrestre, notamment ceux en orbite géostationnaire à 36'000 km d'altitude.

Le lancement était initialement prévu la semaine dernière mais avait été reporté en raison de vents, puis de problèmes informatiques.

Un marché convoité

SpaceX, leader du marché des lancements, veut saisir une part du futur marché de l'internet de l'espace, que convoitent de nombreuses rivales, comme la start-up OneWeb, ou le géant Amazon, qui est bien moins avancé (projet Kuiper). Chaque satellite de Starlink lancé jeudi pèse 227 kilogrammes.

Elon Musk espère à terme gagner 3 à 5% du marché mondial de l'internet, une part qu'il a évaluée la semaine dernière à 30 milliards de dollars par an, soit dix fois plus que ce qu'il gagne avec ses lanceurs. Le but: financer le développement de ses fusées et vaisseaux spatiaux. Le patron de SpaceX rêve de coloniser Mars.

800 satellites nécessaires

Chaque satellite de Starlink lancé jeudi pèse 227 kilos et a été fabriqué en interne à Redmond, près de Seattle. SpaceX a obtenu l'autorisation des autorités américaines de lancer 12'000 satellites, répartis sur plusieurs orbites, mais M. Musk a expliqué qu'un millier suffirait à rendre le système «économiquement viable».

Il a indiqué la semaine dernière que le système commencerait à être réellement opérationnel avec environ 800 satellites, ce qui nécessitera encore une douzaine de lancements.

Il y a aujourd'hui environ 2100 satellites actifs en orbite terrestre. Des milliers d'autres restent en orbite, mais ne sont plus opérationnels.

Pour recevoir l'internet de SpaceX, une antenne plate de la taille d'une «boîte moyenne de pizza» sera nécessaire, selon lui. La société s'associera sans doute avec des opérateurs de télécommunications, mais n'a pas encore commencé à chercher des clients, a dit M. Musk.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.