Passer au contenu principal

EspaceLa sonde Rosetta dit «au revoir» à Philae

Le robot n'était sur écoute que par précaution, après sa mission brillamment réussie. Mais Rosetta doit économiser son énergie.

Un dernier cliché pris par la sonde Rosetta, avant de s'écraser sur la comète Tchouri en septembre 2016, a été découvert dans un serveur de  l'Agence spatiale européenne (ESA), qui l'a publié jeudi. (Jeudi 28 septembre 2017)
Un dernier cliché pris par la sonde Rosetta, avant de s'écraser sur la comète Tchouri en septembre 2016, a été découvert dans un serveur de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui l'a publié jeudi. (Jeudi 28 septembre 2017)
AP
Quelques instants avant le crash final de Rosetta, les images se brouillent. La sonde a vécu. (Vendredi 30 septembre 2016)
Quelques instants avant le crash final de Rosetta, les images se brouillent. La sonde a vécu. (Vendredi 30 septembre 2016)
ESA, Keystone
Des experts au centre de contrôle de l'Agence Spatiale Européenne à Darmstadt, en Allemagne.
Des experts au centre de contrôle de l'Agence Spatiale Européenne à Darmstadt, en Allemagne.
Keystone
1 / 16

Cette fois c'est un «au revoir» officiel à Philae: la sonde européenne Rosetta a coupé mercredi ses communications avec le petit robot posé sur la comète Tchouri, a annoncé l'Agence spatiale européenne (ESA) sur son blog.

«Aujourd'hui, les communications avec Philae ont été coupées», a déclaré à l'AFP Andreas Schuetz, porte-parole de l'agence spatiale allemande DLR. «C'est la fin d'une mission fascinante et couronnée de succès», a-t-il ajouté.

«Nous gardions cette écoute de façon un peu symbolique», a expliqué Philippe Gaudon, de l'agence spatiale française CNES à Toulouse. Mais la sonde Rosetta, qui escorte la comète Tchouri, s'éloigne de plus en plus du Soleil et ses panneaux solaires reçoivent de moins en moins de lumière.

Il faut donc économiser de la puissance pour que Rosetta puisse continuer à faire fonctionner ses dix instruments, explique-t-il. Parmi ceux-ci figure de la technologie suisse: un éventail d'instruments a été développé avec l'Université de Berne, notamment la caméra Osiris et le spectromètre de masse Rosina.

Exploit historique

Après dix ans de voyage comme passager de la sonde Rosetta, Philae a réalisé le 12 novembre 2014 une première historique en atterrissant sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Au bout de plusieurs rebonds, elle s'est stabilisée à l'ombre, en position couchée.

Equipée de dix instruments, elle a travaillé pendant 60 heures avant de s'endormir, faute d'énergie. Elle s'est réveillée en juin 2015 mais n'a plus donné de ses nouvelles depuis le 9 juillet.

Mieux comprendre les comètes

En février, les équipes responsables du robot s'étaient déjà résolues à ne plus lui envoyer de commandes mais elles restaient à l'écoute par précaution.

Le but de la mission Rosetta, menée par l'ESA, est de mieux comprendre les comètes, témoins de la genèse du système solaire il y a 4,6 milliards d'années. Les chercheurs espèrent trouver des indices sur l'apparition de la vie sur Terre.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.