Passer au contenu principal

BerneUn scanner révolutionne l'observation de la rétine

Un microscope laser mis au point par la Haute école spécialisée bernoise favorisera une surveillance continue de la rétine.

Image prétexte.
Image prétexte.
Keystone

Un microscope laser compact développé par la Haute école spécialisée bernoise (BFH) permet pour la première fois une surveillance continue de la rétine, même au domicile du patient. Il ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement de maladies des yeux largement répandues, qui peuvent conduire à la cécité si elles ne sont pas soignées.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge et d’autres maladies avec rétention d’eau dans la rétine centrale font partie des affections oculaires les plus fréquentes. Les personnes âgées sont particulièrement touchées.

Le dépistage précoce des modifications pathologiques de la rétine, garanti par de fréquents examens – parfois mensuels – dans des institutions médicalisées spécialisées, est déterminant pour le succès d’un traitement. Les contrôles sont une charge pour les patients; ils impliquent en outre des frais et des pertes de temps considérables. Un groupe de recherche de la BFH a cherché une alternative et développé en collaboration avec l'entreprise bernoise Mimo AG un microscope laser compact et auto-mesurant. Il permet une surveillance continue de la rétine centrale du patient à la maison ou n’importe où.

Ce tomographe en cohérence optique portable a la taille d’une machine à café. Il est utilisable de manière intuitive même par les patients âgés. Après avoir placé la tête sur un support ergonomique, l’appareil effectue en peu de temps et de manière automatique un balayage de la rétine.

Analyse fiable

Les images 3D fournies contiennent moins d'informations que celles des dispositifs cliniques, mais suffisamment pour obtenir des données fiables, comme l'a montré une étude menée sur 31 patients. L’analyse entièrement automatique de nombreux scans permet des diagnostics meilleurs que les contrôles effectués à intervalles plus grands, écrit la BFH mardi dans un communiqué.

En outre, l'appareil est capable de transmettre automatiquement les résultats de l’analyse à n’importe quel appareil final. Médecin et patient sont ainsi immédiatement avertis de tout résultat suspect. La validation clinique de ce dispositif est en cours.

Outre la BFH, les cliniques ophtalmologiques des universités de Bâle et Zurich, ainsi que le Royal Moorfields Eye Hospital de Londres ont participé au développement de ce système de surveillance. Ces travaux ont fait l'objet d'une publication dans la revue Translational Vision Science & Technology.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.