Passer au contenu principal

GenèveLe collisionneur du CERN prend un nouveau départ

Après une révision de deux ans, le grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN a redemarré mardi.

Un fragment de métal, coincé dans une connexion et créant un court-circuit, avait dû être désagrégé par les physiciens du CERN.
Un fragment de métal, coincé dans une connexion et créant un court-circuit, avait dû être désagrégé par les physiciens du CERN.
Keystone

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN a redemarré mardi 5 mai après une révision de deux ans et une adaptation, a annoncé dans un communiqué l'organisation européenne pour la recherche nucléaire.

Le 21 mars, un court-circuit était intervenu au sein du LHC, ce qui avait obligé les responsables du CERN à repousser son redémarrage. L'incident s'était produit dans l'un des circuits des aimants.

Morceau de métal coincé

Un fragment de métal, coincé dans une connexion et créant un court-circuit, avait dû être désagrégé par les physiciens du CERN.

La machine, un anneau creusé sous terre à cheval sur la frontière franco-suisse près de Genève, doit atteindre maintenant son plein potentiel.

L'énergie des collisions entre protons atteindra 13 TeV (tera-électron-volts), soit près du double de l'énergie produite lors de la première phase d'exploitation.

Beaucoup d'attentes de la communauté scientifique

Le complexe comprend un tunnel en forme d'anneau de 27 kilomètres, dans lequel s'entrechoquent des milliards de protons qui éclatent en toutes sortes de particules.

Le redémarrage du LHC provoque une grande excitation au sein de la communauté scientifique. L'accélérateur a déjà permis, lors de sa première phase d'exploitation, de confirmer l'existence du boson de Higgs.

Les chercheurs espèrent percer d'autres mystères de l'univers lors de la deuxième phase d'exploitation de cette machine unique.

Le boson de Higgs est considéré par les physiciens comme la clef de voûte de la structure fondamentale de la matière, la particule élémentaire qui donne leur masse à nombre d'autres, selon la théorie dite du «Modèle standard».

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.