Passer au contenu principal

AnthropologieLes Néandertaliens étaient habiles de leurs doigts

Selon une étude germano-suisse, l'homme de Neandertal utilisait des outils beaucoup plus complexes et élaborés qu'on ne le pensait.

Une reconstitution d'un Néandertalien dans un musée.
Une reconstitution d'un Néandertalien dans un musée.
Keystone

Les Néandertaliens n'étaient pas seulement costauds, ils étaient aussi habiles de leurs doigts. C'est ce qu'indique une étude de chercheurs suisses et allemands qui a comparé des squelettes d'Homo sapiens et Homo neanderthalensis.

Six squelettes

La réhabilitation scientifique de l'homme de Neandertal, longtemps considéré comme un être simiesque, fruste, laid et attardé, se poursuit. Ces dernières années, de plus en plus de travaux ont montré qu'il avait des préoccupations artistiques et symboliques, et qu'il utilisait des outils complexes et élaborés.

Dans cette nouvelle étude, Gerhard Hotz, du Musée d'histoire naturelle de Bâle, et Katerina Harvati, de l'Université de Tubingue (D), ont comparé six squelettes de Néandertaliens avec ceux d'une collection du musée, la série de squelettes dite du cimetière de l'Hôpital de Bâle.

«Il s'agit d'une collection unique de squelettes identifiés du XIXe siècle avec des informations sur les conditions de vie et le métier des défunts», expliquait Gerhard Hotz mercredi dans un communiqué du musée.

Points d'attache

Les scientifiques ont mesuré et analysé les points d'attache des tendons et des muscles sur les différents squelettes afin de déterminer s'ils effectuaient plutôt des mouvements de force ou de précision. Dans la main par exemple, ces points diffèrent selon que le défunt a exercé le métier de forgeron ou de couturière.

Résultats: la comparaison avec les squelettes modernes bâlois montre qu'aucun des six Néandertaliens considérés ne se limitait aux mouvements de force.

Cela indique, selon Katerina Harvati, que «comme l'homme moderne, les Néandertaliens fabriquaient et utilisaient des outils de manière compétente en exécutant principalement des mouvements précis des mains et des doigts dans leurs activités quotidiennes». Ces travaux sont publiés dans la revue Science Advances.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.