La mission européenne PLATO approuvée

ExoplanètesLa mission européenne PLATO, qui prévoit la construction d'un observatoire spatial sur les exoplanètes, a été approuvée mardi.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La mission PLATO a été adoptée mardi par l'Agence spatiale européenne (ESA), a annoncé cette dernière. Elle prévoit la construction d'un observatoire spatial sur les exoplanètes. Deux universités suisses sont très impliquées dans le processus.

Grâce à 26 petits télescopes de 12 centimètres de diamètre montés sur le satellite, PLATO auscultera depuis l'espace des centaines de milliers d'étoiles. PLATO (pour PLAnetary Transits and Oscillations of stars) avait été sélectionnée en février 2014 par le Comité du programme scientifique de l'ESA.

C'est ce même Comité, réuni mardi à Madrid, qui a décidé d'adopter cette mission. «A présent, elle va passer du stade de projet à celui de la construction», indique l'ESA. Le lancement de PLATO, qui étudiera les transits planétaires et les oscillations stellaires, est prévu pour 2026.

«Dans les prochains mois, les industriels vont être sollicités pour répondre à des appels d'offres pour la construction du satellite», précise l'agence.

Déterminer les «VIPs»

«PLATO doit permettre aux astronomes de découvrir et de caractériser des planètes de la taille de la Terre et des super-Terres qui tournent dans la zone 'habitable' d'étoiles de type solaire», ont souligné dans un communiqué l'Université de Genève (UNIGE) et celle de Berne (UNIBE) qui sont très impliquées dans cette mission.

«Nous saurons ainsi quelles planètes ressemblent le plus à la Terre» et sur lesquelles «concentrer les analyses à venir» pour détecter de la vie, déclare Willy Benz, professeur d'astronomie à l'Université de Berne, cité dans le communiqué. «En quelque sorte, PLATO déterminera les VIPs (Very Important Planets) pour notre future recherche», a-t-il ajouté.

L'Université de Berne est chargée de la conception de la structure mécanique qui servira de support aux télescopes de PLATO et du suivi de leur construction par l'industrie suisse. Structure et télescopes seront ensuite livrés à l'agence spatiale italienne responsable de l'intégration des télescopes sur le satellite.

L'Université de Genève est elle particulièrement impliquée dans les activités de suivi et notamment dans la détermination de la masse des exoplanètes. (ats/nxp)

Créé: 21.06.2017, 02h46

Articles en relation

Dix nouvelles exoplanètes potentiellement habitables

L'équipe du télescope spatial Kepler de la Nasa a annoncé lundi la découverte de 219 nouvelles exoplanètes potentielles, dont dix d'une taille proche de celle de la Terre, où l'eau pourrait exister. Plus...

Kepler découvre 104 exoplanètes

Espace Des astronomes ont confirmé la découverte par le téléscope de ces planètes hors du système solaire et constaté leur diversité. Plus...

Avec Espresso, Genève scrute le marc des étoiles

Astronomie Samedi, les Genevois pourront découvrir la dernière machine à explorer le ciel: Espresso. Exoplanètes en vue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...