La traque de la vie ailleurs

EspaceLe chasseur d’exoplanètes Michel Mayor évoque l’ultime défi de la conquête spatiale: la recherche d’autres formes de vie dans l’Univers.

On doit à Michel Mayor la découverte de plusieurs centaines d’exoplanètes.

On doit à Michel Mayor la découverte de plusieurs centaines d’exoplanètes. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Sommes-nous seuls? La vie existe-t-elle ailleurs dans l’Univers?» Ces questions taraudent l’humanité depuis la nuit des temps. Après avoir nourri des décennies de science-fiction, ces interrogations vertigineuses sont entrées dans le champ scientifique dans les années 1960. Traquée de façon marginale dans un premier temps, avec des programmes américains tels que SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) qui ne savaient pas vraiment où chercher, l’éventualité d’autres formes de vie dans l’Univers a pris une tournure bien plus précise en octobre 1995. Lorsque le Vaudois Michel Mayor et son doctorant Didier Quéloz, de l’observatoire de Genève, ont annoncé la découverte de la première exoplanète de l’histoire. Baptisée 51 Pegasi b, elle est située à plus de 50 années-lumière de la Terre, dans la constellation boréale de Pégase. À cet instant précis, les chasseurs d’autres mondes ont disposé de zones de recherche plus précises. Conséquence: la traque de la vie ailleurs a poussé des centaines des chercheurs à choisir cette voie, alors qu’elle était plutôt marginale et même moquée jusque-là.

Trop loin pour une fusée

Depuis cette annonce fracassante qui a fait la une de la prestigieuse revue «Nature», il ne se passe pas une journée sans que Michel Mayor soit interpellé sur la découverte qui a changé sa vie et qui pourrait bien lui valoir un jour le prix Nobel. «Soyons honnêtes, nous étions bien conscients que notre découverte allait faire du bruit. Mais nous ne nous attendions pas à un tel raz-de-marée médiatique. Nous pensions que les choses se tasseraient après quelques mois. Or ça ne s’est jamais calmé.»

Avec désormais quelques centaines de planètes qui orbitent autour d’une autre étoile que le soleil à son tableau de chasse, l’astrophysicien star n’est pas rassasié. Mais ses recherches se concentrent désormais sur des objets bien précis. «De petites planètes rocheuses, idéalement placées dans la zone dite habitable de leur étoile, là où l’eau liquide peut exister en surface.» Et ce pour tenter de répondre à la question ultime de la vie extraterrestre. «Nous voulons savoir ce qu’est la vie. Est-ce un sous-produit inéluctable de l’évolution de l’Univers lorsque les conditions sont favorables? Ou, à l’inverse, s’agit-il d’un phénomène rarissime qui, pour des raisons incroyables, ne s’est développé que sur Terre?» s’interroge le scientifique.

Les énormes distances nous empêchant d’envoyer des fusées ou des sondes pour aller vérifier sur place, la traque doit donc se faire à distance, depuis des télescopes implantés sur la planète bleue, envoyés en orbite terrestre ou, pourquoi pas, installés sur la Lune. Comment? «En cherchant des biomarqueurs, des signatures dans l’atmosphère de ces planètes, qui indiquent que la vie s’y est développée. La présence d’oxygène serait une indication très forte. On peut aussi citer le dioxyde de carbone, le méthane ou d’autres molécules. Idéalement dans des proportions bien précises, pour qu’il n’y ait aucun doute.»

La méthode des transits

En attendant l’avènement d’outils et de techniques plus pointus mais compliqués à développer, la quête de la vie ailleurs passe par la méthode dite des transits. «Lorsqu’une planète passe devant son étoile, son atmosphère filtre une infime partie de sa lumière. Nous analysons le spectre et comparons les écarts de luminosité.»

Intimement convaincu, «comme l’immense majorité des astrophysiciens et des scientifiques qui travaillent sur la question», que la vie existe ailleurs, Michel Mayor n’en met pas moins en garde contre certaines attentes. «Il ne faut pas penser à la vie telle qu’on la connaît, faite de bipèdes intelligents. N’oublions pas que, historiquement, la plus grande partie de la vie sur Terre a été unicellulaire.»

Créé: 14.07.2019, 15h59

Le système solaire pourrait lui aussi abriter une vie extraterrestre

Et si la vie ne se nichait pas sur une exoplanète lointaine, mais bien plus près de nous, dans notre système solaire par exemple. «Lorsque j’étais étudiant, personne ne se posait la question tant la réponse semblait évidente: non. Or on se rend de plus en plus compte qu’elle ne l’est pas, loin s’en faut», assène Michel Mayor, arguments à l’appui. «Il y a de l’eau sous la surface de Mars. On sait qu’il y a eu une activité volcanique sur la planète rouge. Il y a donc une chaleur fossile énorme et il doit y avoir
des failles. Lorsque des bactéries apparaissent, elles résistent fort longtemps. Sur Terre, dans les failles très profondes, il y a des bactéries. Si, lorsque l’eau coulait sur Mars et qu’il y avait une atmosphère, il y a 3 milliards d’années, la vie a émergé, il est très probable qu’elle existe encore en profondeur.»

Mieux, poursuit l’astrophysicien, il est d’autres endroits du système solaire où l’eau existe à l’état liquide et qui pourraient donc abriter la vie. C’est le cas par exemple d’Europa, l’un des 79 satellites naturels de Jupiter. «Sa surface est une banquise qui flotte sur un océan: il y a de l’eau liquide dessous.

Ce sont les effets de marée qui, en malaxant ce satellite, suffisent à injecter assez d’énergie pour permettre à l’eau de rester liquide.» Et le scientifique de s’enthousiasmer enfin pour Titan, la plus grosse lune de Saturne, «avec sa chimie complètement folle: ses lacs et ses glaciers d’hydrocarbure… Avec Titan, on parle d’un monde au-delà de la science-fiction.» La NASA ne s’y est d’ailleurs pas trompée. Fin juin, l’agence américaine a annoncé qu’elle enverrait un drone, Dragonfly (Libellule), étudier cet astre à l’épaisse atmosphère, à l’horizon 2026 pour un atterrissage en 2034. Objectif avoué de la mission à un milliard de dollars: trouver des traces de vie ancienne, pour comprendre comment la vie a commencé. Dragonfly, avec ses huit rotors, volera dans le ciel de Titan. Ce sera la première fois qu’un appareil butinera sur un autre astre. Le drone se posera puis fera des étapes, de plus en plus grandes au fil de sa mission d’au moins deux ans et huit mois, afin d’analyser différentes parties de Titan. Titan a des océans et des lacs liquides en surface. Mais ce n’est pas de l’eau: ils sont faits de méthane, rendu liquide par la température ultrabasse. «Nous rendre dans ce monde océanique pourrait révolutionner ce que nous savons de la vie dans l’Univers», a déclaré l’administrateur de la NASA, Jim Bridenstine.

E.BZ/AFP


AFP

Articles en relation

L’incroyable histoire du «drapeau suisse» sur la Lune

50 ans de la Lune Avant même la bannière étoilée, le premier objet qui a été planté sur notre satellite naturel a été pensé et conçu à Berne. Récit d’une aventure scientifique qui aurait pu ne jamais arriver. Plus...

La course à la Lune

Histoire De 1945 à 1969, les Etats-Unis et l'URSS se sont livrés livrés à un véritable duel pour la conquête de l'espace. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.