L'Unige expérimente avec succès une théorie de 2006 sur le graphène

RechercheUne équipe de chercheurs de l'Université de Genève et de Manchester confirme la forte résonance magnétique du graphène, source d'une possible révolution dans les domaine de l'optique, de la santé et des télécommunications.

Le microscope magnéto-infrarouge fabriqué à Genève utilisé dans cette expérimentation concluante.

Le microscope magnéto-infrarouge fabriqué à Genève utilisé dans cette expérimentation concluante. Image: Université de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs des universités de Genève et de Manchester ont pour la première fois confirmé expérimentalement la théorie de la très forte résonance magnétique dans le graphène, annonce l'Université de Genève dans un communiqué.

«Pouvoir contrôler les ondes infrarouges et terahertz à l’aide de champs magnétiques ou électriques est l’un des grands défis de la physique qui pourrait révolutionner l’opto-électronique, les télécommunications et les diagnostics médicaux. Une théorie de 2006 prédit que grâce au graphène – une couche monoatomique d’atomes de carbone épaisse comme une feuille –, il serait possible, dans un champ magnétique, non seulement d’absorber la lumière infrarouge et terahertz sur commande, mais aussi d’en contrôler la polarisation circulaire dans un sens ou dans l’autre. Pour la première fois, des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE) et de l’Université de Manchester ont réussi à expérimenter cette théorie et ont obtenu les résultats prédits».

Alexey Kuzmenko, maître d'enseignement et de recherche au Département de physique de la matière quantique de la Faculté des sciences de l'Unige.

Cette étude, à lire dans la revue Nature Nanotechnology, démontre d’une part que les chercheurs sont en passe de contrôler les ondes infrarouges et terahertz et que d’autre part, le graphène tient toutes ses promesses et se profile comme le matériau de la physique de l’avenir, que ce soit sur Terre ou dans l’Espace.

Les chercheurs de l’UNIGE se sont associés à l’équipe d’André Geim, professeur à l’Université de Manchester et récipiendaire du Prix Nobel de physique 2010 pour la découverte du graphène, afin de mettre au point des échantillons de graphène très purs.

Même déjà exceptionnellement grands pour ce genre de graphène, les échantillons étaient néanmoins trop petits pour quantifier la résonance cyclotron avec des techniques connues jusque-là. C’est pourquoi les chercheurs genevois ont conçu spécialement un dispositif expérimental qui a permis de focaliser les radiations infrarouges et terahertz sur les petits échantillons de graphène pur dans un champ magnétique. «Et le résultat de l’expérience a confirmé la théorie de 2006 !», se réjouit Alexey Kuzmenko. Alexey Kuzmenko, chercheur au Département de physique de la matière quantique de la Faculté des sciences de l’UNIGE a travaillé sur cette recherche avec Ievgeniia Nedoliuk.

Créé: 10.07.2019, 10h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...