Les insectes contribuent à la propreté de New York

EnvironnementLes insectes et autres arthropodes jouent un rôle important pour nettoyer les tonnes de déchets alimentaires dans les rues et parcs de New York, ont déterminé des chercheurs.

Les insectes contribuent grandement à la propreté de New York

Les insectes contribuent grandement à la propreté de New York Image: flickr cc

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la seule partie médiane du corridor de Broadway à West Street, à New York, les insectes avalent plus de 950 kg de nourriture par an.

Cela correspond à «l'équivalent de 60'000 hot-dogs», estime Elsa Youngsteadt, une chercheuse de l'université de Caroline du Nord, principale auteure d'une étude publiée en ligne dans la revue américaine Global Change Biology. «Cela met en lumière le véritable service que ces insectes fournissent en éliminant efficacement nos ordures», poursuit-elle.

Pour mesurer les quantités de restes de nourriture consommées par ces différents insectes et arthropodes de ville, dont surtout les fourmis, les mille-pattes, les mites et les araignées, les chercheurs ont placé les aliments les plus fréquemment trouvés dans les poubelles et sur les trottoirs, chips, biscuits, pain, hot-dogs, dans plusieurs rues et parcs de la ville, dont Central Park.

Vingt-quatre heures après, les scientifiques ont récupéré les restes pour mesurer les quantités qui avaient été consommées. Ils ont constaté que Sandy n'avait pas eu d'impact sur la consommation des populations d'arthropodes à New York, ce qui est surprenant puisque de nombreux sites de la recherche avaient été inondés par l'ouragan.

Insectes des rues plus voraces

Mais la plus grande surprise a été que les populations d'insectes des rues mangeaient deux ou trois fois plus de détritus alimentaires que celles qui se trouvaient dans les parcs.

«Cela s'explique apparemment par le fait que l'une des espèces d'insectes les plus nombreuses dans les rues de New York sont les fourmis de trottoir, particulièrement efficaces pour dévorer des déchets alimentaires dans l'environnement urbain», explique Elsa Youngsteadt.

De plus, en comparant les quantités de nourriture consommées à l'intérieur des cages et à l'extérieur, les chercheurs ont vu que d'autres animaux, surtout les rats et les pigeons, mangeaient aussi les restes de «junk-food».

Pour ces entomologistes, cela indique que les fourmis et les rats sont en concurrence pour dévorer les détritus alimentaires humains et que tout ce que mangent les fourmis échappe aux rats. (ats/nxp)

Créé: 03.12.2014, 10h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.