Passer au contenu principal

AstronomieLe grand public invité à traquer les trous noirs

Un réseau d'astronomes européens appelle à l'aide pour trouver l'origine de structures complexes détectées dans l'Univers par radiotélescope.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
NASA/M.WEISS-CHANDRA X-RAY CENTER, AFP

Des milliers de trous noirs à portée de clic: un réseau d'astronomes européens appelle le grand public à l'aide pour trouver l'origine de structures complexes détectées dans l'Univers par radiotélescope, et qui seraient liées à de mystérieux trous noirs supermassifs.

Ce nouveau programme de sciences participatives a été baptisé LOFAR Radio Galaxy Zoo. Il «donne à quiconque possède un ordinateur la possibilité d'aider la communauté scientifique» à interpréter les données recueillies par le radiotélescope LOFAR, un ensemble d'antennes réparties à travers l'Europe, explique mardi dans un communiqué l'Observatoire de Paris-PSL, qui exploite la partie française du réseau.

LOFAR, qui observe les ondes radio émises dans l'Univers, est en train de construire une vaste image du «ciel radio»: contrairement aux images prises avec des télescopes optiques, les étoiles et les galaxies n'y sont pas directement visibles. On y voit en revanche des structures aux formes complexes, dont l'origine reste mystérieuse.

Jets de particules

«Nous observons des ondes radio issues de particules chargées, qui sont produites par des phénomènes physiques hyper violents, notamment les trous noirs», détaille Cyril Tasse, astrophysicien à l'Observatoire, l'un des initiateurs du projet.

Lorsqu'un trou noir supermassif est actif, le radiotélescope ne montre que les jets de particules qu'il produit - de grands panaches de gaz éjectés loin hors de la galaxie - et pas l'objet en tant que tel: comme si l'on voyait le sillage d'un bateau, sans voir le bateau.

Or les scientifiques ont besoin de localiser les trous noirs, de connaître leur «galaxie hôte». Pour pouvoir in fine reconstituer le scénario de leur formation, il y a des millions, voire des milliards d'années, et comprendre «pourquoi il y a un trou noir au centre de toutes les galaxies», résume l'astrophysicien.

Un million de clics

D'où l'idée de lancer un site de sciences participatives: «LOFAR génère des quantités monstrueuses de données (50 pétaoctets, soit l'équivalent d'une pile de DVD haute comme 40 fois la Tour Eiffel)», que les 200 astronomes ne peuvent à eux seuls interpréter. «150'000 sources complexes ont besoin d'être identifiées, et elles ne peuvent l'être qu'à l'oeil», développe Cyril Tasse.

A l'aide d'un tuto vidéo, chaque participant est appelé à superposer une image radio et une image optique, et trouver ainsi la galaxie hôte du trou noir. Ou bien éliminer le scénario d'un trou noir - les jets radio pouvant aussi provenir d'autres processus comme des explosions d'étoiles. Les astronomes tablent sur un million de clics.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.