La fonction synaptique liée au besoin de sommeil

NeuroscienceDes chercheurs zurichois ont démontré que le manque de sommeil prive le cerveau de protéines-clés nécessaires aux activités synaptiques.

Le manque de sommeil interrompt abruptement le cycle journalier de près d'un millier de phosphoprotéines.

Le manque de sommeil interrompt abruptement le cycle journalier de près d'un millier de phosphoprotéines. Image: illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est connu que la privation de sommeil provoque divers troubles. Des chercheurs zurichois viennent de montrer sur la souris que le manque de sommeil prive le cerveau de protéines-clés nécessaires aux activités synaptiques, en particulier à la plasticité. Ces travaux sont publiés dans la revue Science.

Le sommeil est un processus vital. Une privation durable provoque immanquablement des dysfonctionnements, cognitifs notamment, et le seul moyen d'y remédier est précisément un sommeil paisible. Dans deux études, des équipes internationales avec participation de l'Université de Zurich montrent que la fonction synaptique reflète le temps passé en veille et en sommeil.

Les auteurs ont étudié le rythme circadien d'ARN messagers (ARNm) synaptiques et la quantité de protéines produites pendant des phases de 24 heures chez des souris privées de sommeil, comparées à d'autres qui dormaient normalement. Les ARNm sont utilisés comme intermédiaire par les cellules pour la synthèse des protéines.

Influence indépendamment du rythme circadien

Les résultats indiquent que près de 70% des ARNm ainsi que de nombreuses protéines et phosphoprotéines montrent des oscillations circadiennes. Chez les souris privées de sommeil, le cycle des ARNm reste peu affecté, mais pour pratiquement toutes les protéines - d'importance critique pour les fonctions synaptiques - le rythme quotidien était perdu.

Ces travaux laissent penser que la pression exercée sur l'organisme par le sommeil a une influence sur le cerveau indépendamment du rythme circadien. La seconde étude montre que le manque de sommeil interrompt abruptement le cycle journalier de près d'un millier de phosphoprotéines, dont de nombreuses kinases, des enzymes jouant un rôle central dans la plasticité et la santé cellulaire. (ats/nxp)

Créé: 11.10.2019, 12h09

Articles en relation

Nos horloges biologiques sont synchronisées

Science Des chercheurs de l'EPFL ont découvert que notre cycle du sommeil suivait le même rythme que notre cycle cellulaire. Plus...

Faire du sport le soir ne nuit pas au sommeil

Etude Selon une analyse de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, une activité sportive modérée le soir a un effet positif sur la qualité du sommeil. Plus...

Des chercheurs de l'UNIL décryptent le sommeil

Médecine Les chercheurs ont mis en lumière comment la privation de sommeil affecte les différents systèmes de l'organisme. Plus...

Dormir fait économiser plus d'énergie qu'imaginé

Santé Une étude de l'Hôpital de l'Ile montre qu'en phase de sommeil profond, le corps épargne davantage que ce que l'on pensait. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Léman Express inauguré
Plus...