Le facteur humain du déclin des abeilles

RechercheTransporter les ruches pour polliniser des cultures jouerait un grand rôle dans le déclin des abeilles.

Le virus responsable de la maladie des ailes déformées est courant dans les ruches. Mais c'est lorsque l'acarien Varroa (ici, en brun près de l'oeil de cette abeille), est également présent que les déclins importants sont constatés. (Image d'archive)

Le virus responsable de la maladie des ailes déformées est courant dans les ruches. Mais c'est lorsque l'acarien Varroa (ici, en brun près de l'oeil de cette abeille), est également présent que les déclins importants sont constatés. (Image d'archive)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une maladie qui décime les populations d'abeilles sur la planète est originaire d'Europe et sa propagation rapide est imputable aux apiculteurs, ont déterminé des chercheurs dont les travaux ont été publiés jeudi dans la revue américaine Science.

Ce virus responsable de la maladie des ailes déformées est souvent transmis à ces insectes par un acarien, le Varroa.

C'est un virus courant, mais les symptômes de la maladie sont bien plus fréquents chez les populations d'abeilles contaminées par cet acarien.

Les chercheurs de l'Université d'Exeter, au Royaume-Uni, et de Berkeley, en Californie, ont découvert que les abeilles européennes de l'espèce Apis mellifera sont sans conteste à l'origine de tous les cas d'ailes déformées dans les ruches également infectées par ce virus.

Transport des ruches

Seul, ce virus ne représente pas une sérieuse menace pour les abeilles, mais quand il se trouve dans l'acarien Varroa, qui se nourrit des larves, la combinaison est dévastatrice, tuant des millions d'abeilles domestiques au cours des dernières décennies.

Ce constat suggère que cette pandémie résulte du transport des ruches pour polliniser des cultures plutôt que d'un phénomène naturel, concluent ces chercheurs.

«C'est la première étude à montrer que les abeilles européennes sont la source de cette pandémie combinant la maladie des ailes déformées et le Varroa», souligne Lena Wilfert, de l'Université d'Exeter, une des co-auteurs.

«Ceci démontre que la propagation de cette combinaison destructrice est largement le fait des humains, car si ce phénomène était naturel on pourrait alors s'attendre à voir des transmissions entre des pays proches les uns des autres, ce qui n'est pas le cas», poursuit-elle, notant par exemple qu'en Nouvelle-Zélande les souches de virus responsables des ailes déformées sont originaires d'Europe.

«Cela conforte considérablement la théorie selon laquelle le transport des abeilles par les humains est en cause dans cette pandémie», juge la scientifique.

Réduire les déplacements

Celle-ci plaide pour mettre en place «des limites strictes aux mouvements des ruches même si elles ne sont pas contaminées par le Varroa». La chercheuse souligne en outre l'importance que les apiculteurs prennent les mesures nécessaires pour éradiquer ce parasite de leurs ruches étant donné que les pollinisateurs sauvages peuvent aussi être contaminés par le virus.

Cette menace vient s'ajouter aux craintes pour l'avenir des populations d'abeilles dans le monde suscitées par le syndrome d'effondrement des colonies depuis une dizaine d'années, dont la ou les causes n'ont pas été vraiment élucidées. Certains insecticides et les monocultures sont souvent montrés du doigt, tout comme le rôle aussi du parasite Varroa.

Une forte diminution des populations de ces importants pollinisateurs aurait de sérieuses conséquences pour la biodiversité, l'agriculture et l'économie dans le monde, insistent ces scientifiques. (afp/nxp)

Créé: 05.02.2016, 01h39

Articles en relation

Aldi s'engage pour la protection des abeilles

Environnement L'engagement du distributeur en faveur de la préservation des butineuses a été salué par Greenpeace. Plus...

Insecticides: les apiculteurs veulent prolonger le moratoire

Suisse Alors que le moratoire sur l'usage de trois insecticides se termine à la fin de l'année, les apiculteurs suisses veulent le prolonger. Plus...

Les reines aussi touchées par les néonicotinoïdes

Disparition des abeilles Deux insecticides du groupe des néonicotinoïdes peuvent nuire à la fécondité des reines d'abeilles, selon une étude de chercheurs bernois et canadiens publiée dans «Scientific Reports». Plus...

Programme national lancé contre un parasite des abeilles

Apiculture Près de 180 apiculteurs vont effectuer des contrôles réguliers de leurs ruches pour détecter le petit coléoptère de la ruche qui ravage les colonies d'abeilles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...