Passer au contenu principal

L’EPFL et l’EPFZ lancent un centre de science des données

L’initiative permettra à la Suisse de se battre pour être «compétitive à l’échelle mondiale», selon le président de l’EPFL, Martin Vetterli.

Martin Vetterli, nouveau président de l'EPFL.
Martin Vetterli, nouveau président de l'EPFL.
Merlin Photography Ltd

Un enjeu économique mondial vaut bien une entreprise commune. Ce lundi matin, à Konolfingen (BE), les Ecoles polytechniques de Lausanne (EPFL) et de Zurich (EPFZ) ont officiellement lancé un Centre national de la science des données (Swiss Data Science Center). «Joint-venture» (ndlr: entreprise commune à plusieurs entités) oblige, le centre, qui vise à promouvoir l'innovation dans la science des données et l'informatique, la recherche multidisciplinaire et la science ouverte, sera doté de bureaux à Lausanne et à Zurich. Il pourra compter sur une équipe multidisciplinaire de 30 à 40 spécialistes des données et de l'informatique, ainsi que des spécialistes de domaines spécifiques.

A l'heure du tout-numérique, les données prennent toujours plus de place. «Mais encore faut-il savoir comment les traiter», avertit Martin Vetterli, nouveau président de l'EPFL.

A en croire le nom du centre que vous lancez, les données sont devenues une véritable science.

Oui, absolument! On entend souvent que les données sont le nouvel eldorado ou que, en termes de richesses, elles constituent le nouveau pétrole. Mais brutes, ces données ne servent pas à grand chose. Le centre que nous lançons vise donc à affiner ces données, à les travailler et les analyser pour en extraire de l'information. Le centre s'attellera également à aider les fournisseurs, les informaticiens et les spécialistes du domaine à parler la même langue.

Comment s'y prendra-t-il?

En créant une plate-forme d'analyse de pointe. Stocké dans un nuage, ce programme permettra d'analyser des données, qui auront été organisées au préalable. Cette nouvelle plate-forme est une étape fondamentale pour le développement de l’open science. Le partage des connaissances scientifiques à grande échelle doit pouvoir s’appuyer sur des infrastructures solides, fiables et contrôlées. Avec ce centre, la Suisse se dote d’un outil à la hauteur de ses ambitions.

Le Centre national de la science des données a été voulu par le Conseil des EPF. Le domaine est-il à ce point stratégique?

La science des données représente un domaine crucial de l'économie de demain. En lançant l'initiative pour la science des données il y a 18 mois, le Conseil des EPF a donc voulu que la Suisse se positionne très vite dans un secteur - les données - qui évolue très vite. L'initiative permettra à la Suisse de posséder expertise et excellence dans la science des données tout en se battant pour être compétitive à l’échelle mondiale. Il s'agit surtout de veiller à se mettre à la hauteur des Etats-Unis ou encore de la Chine, de maintenir notre indépendance pour ne pas devenir une colonie digitale.

Quelles sortes de données seront traitées par le centre?

Toutes les données possibles et imaginables, mais le centre comptera tout de même des secteurs clés, comme la médecine personnalisée ou encore les questions environnementales.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.