Climat: les plus vulnérables menacés

EtudeLa santé des personnes vulnérables est de plus en plus menacée par le réchauffement climatique, rapporte une étude.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les problèmes de santé liés à la chaleur augmentent dans le monde à cause des effets du changement climatique sur les personnes âgées, les urbains et les patients déjà affaiblis par une maladie, prévient un rapport publié jeudi. L'Europe est particulièrement touchée.

Elle est plus vulnérable que l'Afrique et l'Asie du Sud-Est, car elle compte davantage de personnes âgées vivant dans les villes, où les effets de la chaleur peuvent être particulièrement ravageurs, selon ce rapport paru dans la revue médicale The Lancet et signé par des experts internationaux.

«La santé mondiale dans les siècles à venir dépendra de la nature et de l'échelle des réponses que nous apporterons au changement climatique», a souligné l'une des auteurs, la professeure Hilary Graham de l'université britannique d'York.

Ce rapport annuel, baptisé «Compte à rebours sur la santé et le changement climatique», mesure 41 indicateurs clés concernant ces deux sujets. Son édition 2018 est publiée à quatre jours de l'ouverture en Pologne de la 24e conférence mondiale sur le climat (COP24).

Economies nationales aussi touchées

«En 2017, plus de 157 millions de personnes vulnérables âgées de plus de 65 ans ont été exposées dans le monde à des vagues de chaleur, soit 18 millions de plus qu'en 2016», souligne le document.

«Conséquence de la hausse des températures provoquée par le changement climatique, les populations vulnérables sont exposées à des coups de chaleur, ce qui augmente leur risque de développer des maladies cardiovasculaires et rénales», estiment les auteurs.

Ces populations vulnérables sont les «plus de 65 ans, les habitants des villes et les patients atteints de maladies cardiovasculaires, de diabète et de maladies respiratoires chroniques». Ce phénomène menace non seulement la santé mondiale, mais aussi les économies nationales.

«En 2017, 153 milliards d'heures de travail ont été perdues à cause de l'exposition à la chaleur, soit 62 milliards de plus qu'en 2000», particulièrement «en Inde, en Asie du Sud-Est, en Afrique subsaharienne et en Amérique du Sud», indique le rapport.

Quelque 80% des heures de travail perdues l'ont été dans le secteur de l'agriculture (122 milliards), 17,5% dans le secteur de l'industrie (27 milliards) et 2,5% dans le secteur des services (4 milliards). Le rapport pointe enfin l'insuffisance des budgets consacrés à adapter les systèmes de santé à l'augmentation des températures. (ats/nxp)

Créé: 29.11.2018, 04h26

Articles en relation

Le Brésil n'accueillera pas la COP25 en 2019

Environnement Le pays sud-américain a annoncé qu'il renonçait à organiser le sommet du climat l'année de la prise de fonctions du président Jair Bolsonaro. Plus...

La Suisse en force en Pologne pour le climat

Accord de Paris Alain Berset et Doris Leuthard se rendront en Pologne la semaine prochaine pour défendre le climat avec la «déclaration de Silésie». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...