Passer au contenu principal

PhysiqueLe CERN signe un accord de coopération avec les USA

Cet accord, signé à Washington par le département de l'énergie, la fondation américaine des sciences et le CERN, va permettre de poursuivre les découvertes scientifiques en physique des particules et en calcul informatique avancé.

Le nouvel accord concerne notamment le grand collisionneur de hadrons(LHC) du CERN.
Le nouvel accord concerne notamment le grand collisionneur de hadrons(LHC) du CERN.
DR / ARCHIVES

L'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) et les Etats-Unis ont signé jeudi 7 mai un nouvel accord de coopération dans la recherche en matière de physique. Il concerne notamment le grand collisionneur de hadrons (LHC).

Cet accord, signé lors d'une cérémonie à la Maison-Blanche par le département de l'énergie, la fondation nationale américaine des sciences et le CERN, va permettre de poursuivre les découvertes scientifiques en physique des particules et en calcul informatique avancé, a précisé un communiqué.

«La société et la communauté scientifique dans son ensemble profitent pleinement d'une coopération scientifique productive au-delà des frontières», a dit John Holdren, directeur du bureau de la science et de la technologie de la Maison-Blanche.

Modernisation du LHC

«Cet accord nous permet d'envisager une coopération fructueuse à long terme avec les Etats-Unis, particulièrement pour guider le grand collisionneur de hadrons (LHC) vers son plein potentiel pendant de nombreuses années par une série prévue de modernisations», a déclaré le directeur général du CERN, l'Allemand Rolf Heuer.

Le LHC est le plus puissant accélérateur de particules au monde et a notamment permis de confirmer l'existence du boson de Higgs en 2012, considéré comme la clé de voûte de la structure fondamentale de la matière. Il pourrait percer d'autres mystères de la composition de l'Univers.

Le CERN et les Etats-Unis ont une longue histoire de collaboration. Le physicien américain Isidor Rabi a été l'un des fondateurs de cette organisation européenne et de nombreux scientifiques américains ont participé à des projets du CERN depuis sa création au début des années 1950. Cet accord sera renouvelé automatiquement tous les cinq ans, sauf si l'un des signataires souhaite le modifier ou y mettre fin.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.