Bon indicateur bioclimatique, la vigne a 15 jours d'avance

ViticultureLe caractère thermophile de la vigne la rend particulièrement intéressante pour étudier l'impact du réchauffement climatique récent.

Plusieurs études montrent que la plupart des stades du développement de la vigne interviennent actuellement en moyenne 15 jours plus tôt que durant les décennies 1960 et 1970 qui étaient particulièrement fraîches.

Plusieurs études montrent que la plupart des stades du développement de la vigne interviennent actuellement en moyenne 15 jours plus tôt que durant les décennies 1960 et 1970 qui étaient particulièrement fraîches. Image: ARCHIVES, PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vigne est un excellent indicateur bioclimatique. Elle a actuellement quinze jours d'avance: 2015 se place ainsi au 5e rang des années les plus précoces pour le début de la maturation du chasselas, selon les relevés effectués par Agroscope depuis 1925 à Pully (VD).

Parmi les plantes cultivées dans nos régions, la vigne est une des plus sensibles aux variations du climat durant la période de végétation, a indiqué jeudi la station fédérale de recherche. Son caractère thermophile la rend particulièrement intéressante pour étudier l'impact du réchauffement climatique récent.

Relevés sur 91 ans

Plusieurs études conduites notamment en France et en Allemagne montrent que la plupart des stades du développement de la vigne interviennent actuellement en moyenne 15 jours plus tôt que durant les décennies 1960 et 1970 qui étaient particulièrement fraîches.

A ce titre, la série d'observations systématiques conduite au domaine expérimental Agroscope à Pully est unique en Suisse en raison de sa longueur (91 ans) et permet bien de caractériser la réponse de la vigne aux fluctuations du climat depuis près d'un siècle.

Les principaux stades du développement de la vigne observés sont ceux de l'éclosion des bourgeons (débourrement) fixée au 13 avril en moyenne, du début de la floraison (15 juin), de la fin de la floraison (29 juin) et du début de la maturation du raisin ou véraison (13 août). La date des vendanges (8 octobre) est également consignée ainsi que la teneur en sucre des raisins au 20 septembre.

Brutale accélération

En 2015, après une fin d'hiver assez classique, le débourrement du chasselas est intervenu le 17 avril soit avec un léger retard sur la moyenne. Le chaud mois de juin a par contre accéléré le développement de la vigne, qui a fleuri entre le 6 et le 12 juin, soit avec une avance de 10 à 15 jours par rapport à la moyenne.

Mais ce sont les conditions de chaleur exceptionnelles enregistrées au mois de juillet qui ont réellement propulsé le millésime 2015 parmi les années records. En effet, le stade du début de la maturation du chasselas a été noté le 28 juillet à Pully avec une bonne quinzaine de jours d'avance sur la moyenne.

Cela place 2015 au 5e rang des années les plus précoces pour ce stade après 2011 (22 juillet), 2003 (23 juillet), 1952 (24 juillet) et 1945 (25 juillet) et en même temps que 1976 et 2009. Depuis 1925, en plus de ceux déjà cités, seuls les millésimes 1943, 1947, 1953, 1959, 1989 et 2007 ont encore connu un début de maturation en juillet.

Vendange fin septembre

La période qui s'écoule entre le début de la maturation du raisin et la vendange varie assez fortement. Et cela en fonction de paramètres en partie indépendants de la seule évolution de cette maturation: grêle, pourriture conduisant à une récolte anticipée, arrêt de la période végétative lors de millésimes très tardifs, notamment.

En moyenne 1925-2015 il s'est écoulé 56 jours entre le début de la maturation et les vendanges avec comme extrêmes 36 jours (1926) et 77 jours (1953). Pour les 12 années à début de maturation très précoce (en juillet) ce nombre de jours s'établit à 61, soit assez exactement 2 mois, ce qui laisse envisager une vendange à la fin de septembre pour le Chasselas à Pully.

Si les conditions d'août et de septembre restent favorables on peut également espérer une très bonne qualité des raisins. En effet, si la teneur en sucre des raisins au 20 septembre s'établit à 160g/l pour la moyenne générale de longue durée, celle-ci est de 185g/l si l'on ne considère que les 12 années les plus précoces. (ats/nxp)

Créé: 06.08.2015, 11h38

Galerie photo

La canicule en terres vaudoises

La canicule en terres vaudoises En cette mi-juillet, la sécheresse a solidement pris ses quartiers dans le canton. Le regard de nos photographes

Articles en relation

La prolifération des guêpes menace les allergiques

Canicule L'insecte se multiplie en raison de températures particulièrement élevées de cet été. Les piqûres peuvent être dangereuses. Plus...

Interdiction de pomper l'eau dans les rivières neuchâteloises

Canicule A cause du niveau très bas des rivières, le Conseil d'Etat a souhaité prendre cette décision qui entrera en vigueur samedi. Plus...

La récolte de pommes et de poires s'annonce bonne

Agriculture La récolte 2015 devrait rapporter 183'800 tonnes de pommes et 35'100 tonnes de poires. Des chiffres proches de la moyenne malgré la sécheresse. Plus...

L'agriculture suisse face à l'évolution du climat

Canicule Les agriculteurs suisses doivent se préparer à adapter leur production à l'évolution du climat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.