Le Blue Brain Project publie le premier atlas numérique du cerveau en 3D

ScienceLe logiciel permet à chacun de visualiser n'importe quelle aire du cerveau de la souris, cellule par cellule.

Henry Markram, fondateur et directeur du Blue Brain Project.

Henry Markram, fondateur et directeur du Blue Brain Project. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Blue Brain Project annonce une avancée de taille, qui lui permet de franchir un cap plus que symbolique. Le programme scientifique, qui ambitionne à terme de simuler l’extrême complexité du cerveau humain sur un super-ordinateur, publie aujourd’hui le premier atlas numérique du cerveau d’un rongeur en 3D. «C'est comme passer d'une carte dessinée à la main à Google Earth», image Marc-Olivier Gewaltig, de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. L’Ecole est à l’origine de ce projet national de recherche, dirigé par Henry Markram et soutenu par le Conseil des EPF. Le Blue Brain Project fait aussi partie du Human Brain Project, l’ambitieux programme qui, il y a cinq ans, décrochait le milliard d’euros consacré aux programmes phares de la recherche européenne (FET Flagship). Le Blue Brain Project est une partie de ce gigantesque chantier scientifique qui vise désormais à comprendre le cerveau et ses mécanismes.

Pour parvenir au résultat annoncé ce mercredi et qui fait l'objet d'une publication dans la revue en libre accès «Frontiers», ce ne sont pas moins de cinq années passées à récolter et à intégrer des milliers d'échantillons de tissu cérébral de rongeurs qui ont été nécessaires. Les chercheurs se sont appuyés sur «toutes les données d'imagerie mises à disposition par le Allen Institute for Brain Science, et les ont combinées avec un grand nombre d'études anatomiques de manière à calculer et valider les principaux types, nombre et position des cellules dans chaque aire cérébrale de la souris – y compris toutes les aires où l'on n'avait encore jamais obtenu de données sur les cellules», indique encore l'EPFL.

Concrètement, l’atlas permet à tout un chacun de visualiser n'importe quelle aire du cerveau de la souris, cellule par cellule – et de télécharger gratuitement les données pour faire de nouvelles analyses et autres modélisations. Quant aux neuro-scientifiques, ils disposent désormais d'informations jusqu'alors inaccessibles sur les principaux types de cellules, leur nombre et leur position dans l'ensemble des 737 régions cérébrales et les cellules qu'elles contiennent. Autre avantage du logiciel: ouvert aux chercheurs, il est perfectible. Au gré des contributions et de nouvelles découvertes, il peut être affiné et mis à jour à n'importe quel instant.

«Malgré un très grand nombre d'études au cours du siècle passé, les cellules n’avaient été dénombrées que dans 4% des aires cérébrales de la souris – et ces estimations variaient souvent d'un facteur trois», relève le fondateur et directeur du Blue Brain Project, Henry Markram. «L'Atlas des cellules du Blue Brain résout ce problème en offrant les meilleures estimations, même pour la plus petite aire connue du cerveau de la souris.» (TDG)

Créé: 28.11.2018, 11h05

Articles en relation

«L’EPFL doit partager le Human Brain Project»

Sciences Andreas Mortensen, directeur général du Human Brain Project et vice-président de l’EPFL, et Gérard Escher, conseiller auprès de la présidence de l’école, font le point. Plus...

Le Human Brain Project, navire amiral et bateau ivre

Sciences Le vaste programme de recherche sur le cerveau, remanié, en est à la moitié de sa vie. On rêve de le voir perdurer tant il est clair que dix ans ne suffiront pas à percer les secrets de l’organe. Plus...

Soigner le cerveau, un enjeux européen à 800 milliards

Brain Forum Une jeune pousse française, Pragma Therapeutics, a été sélectionnée jeudi pour participer au tout premier programme d’accélération d’été. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...