Un agriculteur tombe sur un crâne de mastodonte

FranceDes restes d'un «cousin» de l'éléphant extrêmement rare ont été découverts dans un excellent état.

Il reste encore six à neuf mois de travail pour extraire le crâne de la roche.

Il reste encore six à neuf mois de travail pour extraire le crâne de la roche. Image: Muséum d'histoire naturelle de Toulouse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un agriculteur du sud-ouest de la France a découvert «par hasard» un crâne «quasiment intact» du mastodonte des Pyrénées, «un cousin de l'éléphant», le seul connu de cette espèce, ont déclaré à l'AFP des responsables du Muséum d'histoire naturelle de Toulouse.

Ce spécimen, «très rare» selon le Muséum, fait partie du groupe des proboscidiens et de la famille des gomphotherium, des animaux apparus en Afrique et qui ont migré en Europe il y a 18 millions d'années avant de disparaître il y a environ 1,5 million d'années.

«Il s'agissait d'une sorte d'éléphant avec quatre défenses d'environ 80 centimètres, dont deux dans la mâchoire du haut et deux dans la mâchoire du bas», a expliqué à l'AFP Francis Duranthon le directeur du Muséum.

C'est en faisant des travaux sur l'un de ses terrains près de l'Isle-en-Dodon, en 2014, qu'un agriculteur a trouvé des os, a raconté M. Duranthon. Craignant d'être «embêté» par une horde de curieux, l'agriculteur, qui refuse que soit communiqué l'emplacement exact de cette découverte, mettra deux ans avant de contacter le Muséum de Toulouse.

Six à neuf mois de travail

«C'est en 2017, en allant sur place, que nous nous sommes rendu compte de l'importance de la découverte, l'agriculteur était en fait tombé par hasard sur un mastodonte, qui n'était connu jusqu'à présent que par quatre dents isolées - deux conservées au Muséum de Toulouse et deux autres au Muséum de Paris» et qui avaient été découvertes à proximité de ce crâne en 1857.

«Nous avons donc un crâne complet et cela va nous permettre de préciser l'anatomie de cette espèce», s'est réjoui M. Duranthon. «On met aujourd'hui un visage sur une espèce qui était devenue quasiment mythique», a ajouté Pierre Dalous, le conservateur du Muséum.

«Le crâne complet a été retiré du terrain et ramené au laboratoire. Il est pris dans la roche, il faut donc maintenant gratter centimètre par centimètre pour dégager l'ensemble du crâne, nous en sommes à la moitié, il reste encore six à neuf mois de travail», a expliqué ce dernier. (afp/nxp)

Créé: 12.07.2018, 14h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...