L'ADN d'un Phénicien de 2500 ans a été séquencé

HistoireC'est une première dans le monde de la science: des chercheurs ont réussi à décortiquer le génome du «jeune homme de Byrsa».

Voilà à quoi ressemble le jeune homme appelé «Ariche» ou encore «le jeune homme de Byrsa», dont on vient de séquencer l'ADN.

Voilà à quoi ressemble le jeune homme appelé «Ariche» ou encore «le jeune homme de Byrsa», dont on vient de séquencer l'ADN. Image: M.RAIS/CREATIVE COMMONS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des chercheurs ont séquencé pour la première fois le génome complet d'un Phénicien vieux de 2500 ans. De quoi lever un peu plus le voile sur les mystères de cette ancienne civilisation proche-orientale.

Le séquençage a été fait sur le plus ancien ADN phénicien connu, obtenu des restes d'un jeune homme appelé «Ariche» ou encore «le jeune homme de Byrsa», ont précisé ces chercheurs dont les travaux sont publiés mercredi dans la revue américaine PLOS One. Il s'agit de l'ADN dit «mitochondrial», qui est transmis par la mère.

Groupe génétique rare

Le séquençage a révélé que cet homme appartenait à un groupe génétique rare appelé «U5b2c1», dont l'ancêtre maternel commun était originaire d'une région côtière du nord de la Méditerranée, très probablement de la Péninsule ibérique, explique la professeure Lisa Matisoo-Smith de l'Université de Otago en Nouvelle-Zélande, principale co-auteure de cette étude.

Selon elle, cette découverte signale la présence la plus ancienne en Afrique du Nord du groupe génétique (haplogroupe mitochondrial) européen «U5b2c1». Ces chercheurs l'ont datée d'au moins la fin du sixième siècle avant l'ère chrétienne.

«L'haplogroupe U5b2c1 est considéré comme l'un des plus anciens en Europe et est lié aux populations de chasseurs-cueilleurs», explique la professeur Matisoo-Smith. «Ce groupe génétique est très rare dans les populations modernes européennes avec une fréquence de moins d'un pour cent», précise-t-elle.

Plus Portugais que Libanais

Les traits de l'ADN mitochondrial du jeune homme de Byrsa se rapprochent le plus de ceux des Portugais d'aujourd'hui, relève cette scientifique. Les chercheurs ont analysé l'ADN mitochondrial de 47 Libanais contemporains et n'ont en revanche trouvé aucune trace de la lignée génétique U5b2c1.

On situe les origines des Phéniciens dans la région où se trouve aujourd'hui le Liban. Leur influence s'est propagée dans tout le bassin méditerranéen, où ils ont établi des colonies et des comptoirs comme à Carthage, en Tunisie, devenu le principal port du commerce punique.

Des recherches précédentes avaient découvert cet haplogroupe dans l'ADN de deux anciens chasseurs-cueilleurs retrouvés sur un site archéologique dans le nord-ouest de l'Espagne, indiquent les scientifiques.

Peu connus

«Alors qu'une vague de peuplades agricoles venues du Proche-Orient a remplacé les groupes de chasseurs-cueilleurs qui étaient en Europe, certaines lignées génétiques de ces derniers ont persisté plus longtemps dans l'extrême sud de la péninsule ibérique et sur des îles à proximité avant de se retrouver dans le 'melting pot' de Carthage via le commerce punique», suppute la professeur Matisoo-Smith.

Elle souligne que la culture et le commerce phénicien ont eu une influence importante sur la civilisation occidentale. Elle rappelle en outre que les Phéniciens ont notamment introduit le premier alphabet.

«Mais nous savons peu des Phéniciens eux-mêmes à l'exception des récits probablement biaisés de leurs rivaux romains et grecs», poursuit la chercheuse qui espère que cette dernière découverte génétique et d'autres travaux en cours permettront d'apporter de nouveaux éclairages sur les origines des Phéniciens, leur culture et leur influence. (ats/nxp)

Créé: 26.05.2016, 07h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...