Une sonde japonaise atteint son astéroïde-cible

EspaceLa sonde Hayabusa2 est arrivée mercredi près de son astéroïde-cible afin d'étudier l'origine de la vie.

Hayabusa2 s'est stabilisée à 20 kilomètres de Ryugu, qui se situe actuellement à environ 280 millions de kilomètres de notre planète.

Hayabusa2 s'est stabilisée à 20 kilomètres de Ryugu, qui se situe actuellement à environ 280 millions de kilomètres de notre planète. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La sonde japonaise Hayabusa2 est arrivée mercredi, après un périple de 3,2 milliards de kilomètres, tout prêt de son astéroïde-cible où elle doit prélever des informations sur la naissance du système solaire et l'origine de la vie.

A 9H35 (00H35 GMT), après plus de trois années de voyage, Hayabusa2 s'est stabilisée à 20 kilomètres de Ryugu, qui se situe actuellement à environ 280 millions de kilomètres de notre planète, a annoncé l'Agence spatiale japonaise (Jaxa).

La sonde va désormais maintenir cette distance le temps de remplir son objectif scientifique, dont le point d'orgue est de jeter violemment sur Ryugu un projectile pour provoquer un choc en surface et collecter les poussières ainsi créées.

Le but ultime est de contribuer à enrichir les connaissances de notre environnement spatial «pour mieux comprendre la formation du système solaire et l'apparition de la vie sur Terre», explique la Jaxa.

2e mission de ce type pour le Japon

Les premières photos prises à 40 kilomètres de Ryugu par Hayabusa2, lancée fin 2014, ont enthousiasmé le directeur de la mission: «les cratères sont visibles, les rochers aussi, et la structure géographique semble varier d'un endroit à l'autre», a commenté Yuichi Tsuda, sur le site internet dédié à cette nouvelle aventure spatiale.

Ryugu, qui doit son nom à un château mythique d'un conte populaire japonais, était présenté initialement comme ayant une forme sphérique, mais il s'avère être différent, proche du cube, souligne-t-il.

C'est la deuxième mission de ce type pour le Japon, la première ayant été une épopée pleine de rebondissements. «Nous voulons cette fois une mission moins lestée de problèmes divers», a indiqué l'équipe.

Comme pour la mission Hayabusa initiale (vers l'astéroïde Itokawa), l'objectif est de collecter des poussières du sous-sol de ce corps céleste rocheux qui contient du carbone et de l'eau, pour tenter de comprendre quelles matières organiques et aqueuses étaient originellement présentes dans le système solaire. Le retour sur Terre est prévu en 2020.

Hayabusa2 doit aussi larguer sur Ryugu un robot appelé Minerva2 et un analyseur autonome nommé Mascot, conçu par le Centre national d'études spatiales (Cnes) français et son homologue allemand DLR.

Mascot, dont la durée de vie n'est que d'une douzaine d'heures, va employer quatre instruments, dont un microscope spectral développé par l'Institut français d'astrophysique spatiale qui doit permettre de connaître la composition minéralogique du sol de l'astéroide portant le numéro 162173. (afp/nxp)

Créé: 27.06.2018, 05h56

Articles en relation

Un gros astéroïde va rater la Terre, rassure la Nasa

Espace Un astéroïde doit passer à environ 200'000 km de la Terre. Un frôlement, à l'échelle cosmique. Plus...

Un astéroïde venu d'un autre système solaire

Espace Un astéroïde détecté en octobre était bien un visiteur d'un autre système solaire, ont confirmé des astronomes lundi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...