SpaceX veut mettre 42'000 satellites en orbite

TélécommunicationsL'Union internationale des télécommunications (UIT) à Genève doit traiter 20 demandes de SpaceX concernant chacune 1500 satellites, en plus des 12'000 déjà prévus.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

SpaceX a déposé une demande de fréquences pour 30'000 satellites en plus des 12'000 déjà prévus, ont confirmé mercredi la société spatiale américaine et une agence de l'ONU.

L'administration des communications américaine (FCC) a transmis le 7 octobre à l'Union internationale des télécommunications (UIT), à Genève, 20 demandes concernant chacune 1500 satellites, a confirmé à l'AFP Alexandre Vallet, chef des services spatiaux à l'UIT.

Sur le site de l'UIT, 20 demandes techniques peuvent être consultées. L'UIT coordonne au niveau mondial le spectre des fréquences radio et les orbites des satellites.

Une porte-parole de SpaceX n'a pas directement confirmé le nombre mais a déclaré que la société prenait «des mesures pour développer la capacité totale et la densité de données du réseau Starlink, afin de répondre à la croissance anticipée des besoins des consommateurs».

Constellation de mini-satellites

Starlink sera une constellation de mini-satellites fournissant un internet à haut débit sur Terre. Le principe est qu'ils seront à une altitude relativement basse (550 km pour les premiers), fournissant un temps de réponse rapide. Le maillage du ciel par les satellites sera tel que plusieurs seront en ligne directe depuis n'importe quel point sur le globe.

SpaceX a lancé les 60 premiers en mai, et affirme que la constellation sera opérationnelle pour le Canada et le nord des Etats-Unis l'an prochain.

Selon la société, il faudra 24 lancements avant que le reste du monde soit couvert. Il y a aujourd'hui un peu plus de 2100 satellites actifs en orbite autour de la Terre, sur environ 23.000 objets catalogués en orbite (étages de fusées, satellites inactifs, débris...).

Des orbites déjà surpeuplées

La perspective d'en ajouter 42'000 dans le ciel créé une double inquiétude. D'une part les astronomes craignent que ces constellations gâchent les observations par télescopes depuis la Terre. Quand le premier train de satellites a été lancé, de multiples astronomes ont photographié une traînée de points lumineux. SpaceX indique que la base des prochains satellites sera noire afin de limiter le phénomène.

La seconde préoccupation est l'encombrement des orbites terrestres basses, c'est-à-dire jusqu'à 1500 ou 2000 km. SpaceX avait dit que 3 de ses 60 premiers satellites, soit 5%, étaient hors service un mois après leur lancement. La société affirme qu'elle a des dispositifs pour «désorbiter» les satellites défaillants et éviter toute collision avec d'autres satellites.

Mais un incident a montré le mois dernier que les procédures n'étaient pas encore au point. L'Agence spatiale européenne (ESA) a dû modifier la trajectoire d'un de ces satellites Aeolus afin d'éviter une possible collision avec un appareil de Starlink, une manoeuvre assez routinière si ce n'est que l'ESA avait contacté SpaceX mais n'avait reçu aucune réponse, les opérateurs de la société n'ayant pas vu le message de l'agence spatiale. (ats/nxp)

Créé: 17.10.2019, 11h57

Articles en relation

SpaceX rassure sur la visibilité de ses satellites

Espace La firme d'Elon Musk a affirmé que sa constellation de satellites Starlink sera moins lumineuse une fois son orbite finale atteinte. Plus...

SpaceX lance sa première grappe de satellites

Espace SpaceX a lancé les 60 premiers mini-satellites de sa future constellation destinée à fournir internet depuis l'espace. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...