Des eaux usées pour produire de l'électricité

ValaisLe Valais se lance dans la bioélectricité. Grâce aux microbes de la station d'épuration des eaux (STEP) de Sion, il est possible de produire de l’énergie.

A l'échelle de l'ensemble de la STEP, la production d'électricité estimée pourrait couvrir les besoins de 250 foyers.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A l'instar de certains poissons, les microbes peuvent produire de l'électricité. Ils respirent par transfert d'électrons. La recherche s'est emparée du phénomène pour le mettre en pratique dans le processus d'épuration des eaux usées.

La station d'épuration des eaux (STEP) de Sion a été transformée en laboratoire pour tester une pile à combustible microbienne. Les chercheurs de la HES valaisanne emmenés par le professeur Fabian Fischer croient en l'avenir de cette technologie présentée mercredi à la presse.

Découvert en 1910

Le procédé n'est pas nouveau. Il a été découvert par un scientifique britannique en 1910, mais il est tombé dans l'oubli depuis. Un oubli relatif, précise M. Fischer. Depuis le début du siècle, il y a un regain d'intérêt. Si le projet de Sion est le seul en Suisse, des chercheurs chinois et britanniques veulent aussi développer cette technologie.

Visuellement, l'installation fait penser à un alignement de batteries de voitures, plus minces et plus hautes. L'eau usée arrive d'un côté de la batterie. Les microbes se fixent sur les électrodes en mousse de carbone pour effectuer leur travail de purification de l'eau. Ce faisant ils libèrent des électrons captés pour produire du courant électrique. S'il est actuellement juste possible de recharger un smartphone, il ne s'agit que d'un réacteur test. A l'échelle de l'ensemble de la STEP, la production estimée pourrait couvrir les besoins de 250 foyers.

90 centrales nucléaires

L'épuration des eaux usées dans les pays industrialisés consomme 1 à 2% de la totalité de l'électricité produite, explique M. Fischer. Dans les STEP, le brassage destiné à aérer l'eau pour favoriser la biodégradation des résidus représente plus de la moitié de l'électricité utilisée par la STEP.

Le remplacement de l'aération par un système d'électrodes permet d'économiser de l'énergie et de produire de l'électricité. Une STEP deviendrait ainsi productrice d'électricité alors qu'elle est actuellement consommatrice. A l'échelle mondiale, l'eau usée pourrait produire l'équivalent de 90 centrales nucléaires.

Le projet de Sion est en cours de mesures. Les chercheurs espèrent pouvoir le mettre à l'échelle de la STEP pour la fin de l'année prochaine afin de le tester sur la station d'épuration complète. (ats/nxp)

Créé: 06.03.2019, 14h42

Le professeur Fabian Fischer (Image: Keystone )

Articles en relation

L'autoconsommation d'électricité se met en place

Valais Des voisins se regroupent pour consommer l'électricité produite par leur propre installation solaire. Une société valaisanne veut faciliter ce modèle. Plus...

L’ingénieuse machine qui transforme la pluie en électricité

Impact Journalism Day Une Azérie de 15 ans a conçu un dispositif qui génère de l’électricité à partir de gouttes de pluie Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève éteint ses lumières le 26 septembre
Plus...