Vaccin contre le HPV recommandé aux garçons

SantéUne recommandation visant à «étendre aux jeunes garçons la vaccination contre les papillomavirus humains», sexuellement transmissibles vient d'être publiée.

Ce vaccin permet du lutter notamment contre le cancer du col de l'utérus.

Ce vaccin permet du lutter notamment contre le cancer du col de l'utérus. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le vaccin contre les HPV, déjà recommandé pour les filles, le sera désormais aussi pour les garçons de 11 à 14 ans, afin de lutter contre ces virus sexuellement transmissibles responsables de cancers du col de l'utérus, a annoncé lundi le ministère de la Santé.

La Haute autorité de santé (HAS) a publié «ce jour» une recommandation «visant à étendre aux jeunes garçons la vaccination contre les papillomavirus humains» (HPV), et le ministère «souhaite que cette recommandation soit intégrée dans le calendrier des vaccinations 2020 pour une mise en oeuvre d'ici l'été», a-t-il annoncé dans un communiqué.

«Projet d'avis»

La vaccination contre les HPV était jusqu'à présent recommandée chez les jeunes filles de 11 à 14 ans révolus (avec un rattrapage jusqu'à 19 ans), les personnes immunodéprimées et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes jusqu'à 26 ans.

La HAS avait publié fin octobre un «projet d'avis» favorable à une extension aux jeunes garçons, qui avait été soumis à une consultation publique pendant quatre semaines auprès des professionnels et associations concernés.

Dans son avis définitif, l'autorité confirme sa conclusion, estimant que «l'élargissement de la vaccination anti-HPV aux garçons permettrait, sous réserve d'une couverture vaccinale suffisante, de freiner la transmission au sein de la population générale, et ainsi de mieux protéger les garçons et les hommes quelle que soit leur orientation sexuelle, mais aussi de mieux protéger les filles et les femmes non vaccinées».

1'750 nouveaux cas de cancers

Les infections sexuellement transmissibles liées à ce virus peuvent provoquer des années plus tard des cancers chez les femmes comme chez les hommes, du col de l'utérus, du vagin, du pénis, de l'anus, voire de la gorge en cas de rapports sexuels bucco-génitaux.

Environ 1'750 nouveaux cas de cancers causés par le HPV surviennent chaque année en France chez des hommes, et 4.580 chez des femmes.

Le seul cancer du col de l'utérus tue encore 1.100 femmes chaque année en France et 2.900 nouveaux cas sont diagnostiqués.

Certains pays, comme les Etats-Unis, recommandent déjà que tous les préadolescents soient vaccinés contre les HPV avant d'y être exposés, à l'âge de 11 ou 12 ans. (afp/nxp)

Créé: 16.12.2019, 12h39

Articles en relation

Le vaccin existe, mais la maladie tue toujours

Rougeole En 2018, les cas de rougeole sont repartis à la hausse dans le monde. C'est l'un des virus les plus contagieux. Plus...

Premier cas de polio en Malaisie depuis 27 ans

Asie du Sud-Est Un bébé de trois mois a été admis en soins intensifs après avoir présenté les syndromes de la poliomyélite. L'absence de vaccin obligatoire en est la cause. Plus...

Ebola: MSF accuse l'OMS de limiter l'accès au vaccin

RDC Le seul remède utilisé pour limiter l'expansion du virus mortel Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo signé Merck serait délibérément rationné, selon MSF. Plus...

L'OFSP préconise déjà le vaccin contre la grippe

Suisse Dès ce lundi, les professionnels de la santé recommandent de procéder au vaccin contre la grippe, loin d'être anodine, rappellent-ils. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Smog: les voitures polluantes interdites de centre-ville
Plus...