Passer au contenu principal

Quand le sucre est taxé de drogue, au même titre que la coke

En activant les circuits liés au plaisir dans le cerveau, le sucre devient un danger de santé publique.

L’addiction au sucre débouchera-t-elle sur des comportements aussi ravageurs que celle qui est liée à certaines drogues dures?
L’addiction au sucre débouchera-t-elle sur des comportements aussi ravageurs que celle qui est liée à certaines drogues dures?
PHOTO-BIOTIC

On ne le sniffe pas, il n’est pas illégal et ne se vend pas sous le manteau – loin de là. Mais le sucre agit comme une drogue et peut entraîner une addiction qui peut s’avérer mortelle chez certains individus, dénonce le neuroscientifique français Serge Ahmed. Or, tout nous pousse à en consommer: l’industrie agroalimentaire, la publicité ciblée et, last but not least, le plaisir voire le réconfort qu’il nous procure. On vit dans un monde édulcoré et il est assez difficile d’y échapper, observe le chercheur du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) qui dirige un laboratoire de recherches à Bordeaux: «75% des produits vendus en grande surface contiennent des sucres ajoutés. Même dans le jambon, les sauces, les soupes ou le saucisson, il y en a. Les industriels ont compris que le sucre est associé à un processus de conditionnement qui a un impact sur leurs ventes.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.