Des sondes pour détecter des tumeurs au bloc

SantéL’École polytechnique fédérale de Lausanne a développé un «gros stylo» capable de traquer des cellules cancéreuses.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une équipe de l'EPFL a co-développé deux sondes légères et sans fil pour détecter les tumeurs et les ganglions suspects lors d'une opération. Elles sont actuellement testées par des chirurgiens du CHUV et de divers hôpitaux européens.

Lors de l'ablation d'un cancer, il est crucial pour le chirurgien de savoir si toutes les cellules malades ont réellement été enlevées. Il est aussi primordial de s'assurer que le cancer n'a pas envoyé de micro-métastases alentour, voire dans le corps tout entier.

Comme un gros stylo

L'EPFL a collaboré avec le CHUV et la société Forimtech, dont les fondateurs sont issus du CERN. Ensemble, ils ont développé deux sondes compactes et légères, qui ont la taille et l'apparence d'un gros stylo. Elles mesurent 20 centimètres et pèsent 100 grammes à peine, explique mercredi l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

Ces sondes peuvent être aisément manipulées et insérées dans l'incision lors de l'intervention. A l'image d'un compteur Geiger, le système émet des signaux sonores qui guident les gestes du chirurgien.

La première de ces sondes est une version améliorée des sondes utilisées en chirurgie radioguidée (sonde Gamma). Elle ne détecte pas directement les cellules cancéreuses, mais sert à localiser le ganglion dit «sentinelle», qui permet au médecin de connaître le stade de la maladie et d'offrir le traitement le mieux adapté.

Parties infimes de tissus cancéreux

La seconde sonde, d'un genre totalement nouveau (sonde Beta), sert à détecter des parties infimes de tissus cancéreux, explique l'EPFL. Après une ablation, elle permet au chirurgien de traquer les résidus de cancer et réduit les risques de complications et de dissémination de la maladie.

Le dispositif est encore en phase de tests cliniques. Une étude d'une durée de trois ans et portant sur 60 cas est en cours au CHUV. Dès cette année, les deux sondes seront testées dans des hôpitaux de toute l'Europe. (ats/nxp)

Créé: 08.06.2016, 15h39

Articles en relation

Les pompiers vaudois testent des lunettes qui «voient» la chaleur

Innovation Deux chercheurs de l’EPFL ont créé des lunettes pour voir dans le noir. Une façon de se profiler sur le marché de la réalité augmentée. Plus...

Une étrange maison en bois a vu le jour à l’EPFL

Architecture Pour leur projet de fin de première année, 200 étudiants en architecture ont conçu une étonnante structure en bois de 15 m de haut. Il est possible de la visiter jusqu’en août. Plus...

Une plate-forme au large du port sidère les riverains

Pully L’EPFL et l’Université de Genève veulent une plate-forme devant le débarcadère pour analyser le Léman. L’affaire finit au tribunal. Plus...

Plus de 10'000 étudiants à l'EPFL en 2015

Statistiques Le nombre d'étudiants de l'EPFL a pour la première fois dépassé la barre des 10'000 en 2015. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...