Sida: infections en baisse, mais le pire est à craindre

SantéLe nombre des infections enregistre une baisse record. Mais à la Conférence internationale sur le sida, la crainte d'une recrudescence est vive.

Sculpture de l'artiste indien, Sudersan Pattnaik, invitant à en finir avec les ravages du virus du sida.

Sculpture de l'artiste indien, Sudersan Pattnaik, invitant à en finir avec les ravages du virus du sida. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus d'argent, de prévention et moins de répression des populations à risque: ces messages sont martelés depuis lundi à Amsterdam à la Conférence internationale sur le sida, pour éviter un rebond de cette épidémie qui a fait 35 millions de morts.

Des célébrités comme le prince Harry, l'actrice Charlize Theron ou le chanteur Elton John - ainsi que 15'000 experts et militants - étaient attendus de lundi à vendredi à cette grand-messe, qui a lieu tous les deux ans.

Aujourd'hui, 36,9 millions de personnes vivent avec le virus VIH, en espérant qu'il ne s'aggrave pas en sida. Près de trois sur cinq prennent des traitements antirétroviraux pour l'éviter, la plus haute proportion jamais atteinte. Le nombre d'infections baisse et pour la première fois depuis le début du siècle, le total de morts annuel est passé sous un million en 2016 (990'000) puis 2017 (940'000).

Relâchement dans la prévention

Mais paradoxalement, ces progrès entraînent un relâchement dans la prévention qui, conjugué à une baisse des financements internationaux, fait craindre un rebond de l'épidémie.

«La dernière fois que je me suis exprimé ici, en 1992, je n'aurais jamais pensé que j'y reviendrais 26 ans plus tard, vivant et en bonne santé», a lancé David Barr, un militant américain séropositif, lors d'un colloque organisé à la veille de la Conférence. Mais ce succès est «incroyablement fragile», a-t-il prévenu, en craignant qu'on revienne à «l'horreur de 1992», avec une flambée des infections et des décès.

Au premier rang des préoccupations: la question du financement. «Nous allons avoir des problèmes si nous n'avons pas davantage d'argent», a assuré dimanche le chercheur américain Mark Dybul, ancien dirigeant du Fonds mondial de lutte contre le sida. Le pire scénario selon lui: que le manque de financement s'ajoute à une explosion des nouvelles infections à cause de la démographie galopante dans certains pays durement touchés, particulièrement en Afrique.

«Mélangez ces deux éléments et vous aboutirez à une crise majeure», a-t-il mis en garde, en craignant que «le monde ne perde le contrôle de l'épidémie».

Coupes budgétaires

L'an dernier, 20,6 milliards d'euros étaient consacrés à des programmes de lutte contre le sida dans les pays à faible et moyen revenu, qui en financent eux-mêmes 56%, selon l'Onusida. Mais l'instance de lutte contre le sida de l'ONU estime qu'il manque 7 milliards de dollars par an pour que cette maladie ne soit plus une menace pour la santé publique mondiale en 2030.

La communauté des chercheurs et des associations craint surtout une baisse des dotations américaines. Depuis l'élection de Donald Trump, les Etats-Unis, le premier contributeur historique de la lutte contre le sida, ont prévu des coupes budgétaires, qui n'ont pour l'heure pas été concrétisées.

Fortes disparités

Sur le front de l'épidémie, si la situation s'améliore globalement dans le monde, cela cache de fortes disparités. Les infections sont en hausse dans une cinquantaine de pays, faute de prévention ou à cause de législations répressives contre des populations à risque (homosexuels, toxicomanes).

C'est pourquoi les associations pressent les responsables politiques internationaux de cesser de réprimer la toxicomanie et de privilégier les programmes de réduction des risques (mise à disposition de seringues stériles, salles de consommation...). «Dites non à la guerre contre les drogues», plaide Coalition PLUS, un regroupement d'associations, dans une campagne qui détourne un célèbre slogan antidrogue américain des années 80.

Elle s'intitule «Just say no to the war on drugs», en référence au «Just say no» («Dites non» à la drogue) de l'administration Reagan. La guerre contre les drogues est «la meilleure alliée des épidémies de VIH et d'hépatites virales» et «a conduit à une véritable catastrophe sanitaire», accuse Coalition PLUS. (ats/nxp)

Créé: 23.07.2018, 11h51

Articles en relation

Un rapport sans capote? «Pas pour un million!»

Amsterdam La Conférence internationale sur le sida démarre lundi à Amsterdam. Reportage dans le célèbre quartier rouge de la ville. Plus...

Sida: la conférence mondiale animée d’un nouvel élan contre la pandémie

Progrès La 19e conférence internationale sur le sida débute dimanche à Washington avec quelque 25.000 participants de 190 pays. Plus...

Les Romands s'inquiètent peu du sida et des IST

Santé Selon un sondage paru pour le compte de Couleur 3, les jeunes Romands de 15 à 30 ans connaissent mal les infections sexuellement transmissibles (IST). Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...