Feu vert pour la vente aux particuliers de tests ADN

Maladies génétiquesLa société 23andMe va vendre aux particuliers de nouveaux tests pour détecter les risques de maladies génétiques.

Les kits vendus par 23andMe permettent d'éviter aux particuliers de passer par le médecin et le laboratoire (comme ici) pour connaître certaines de leurs particularités génétiques (photo d'illustration).

Col Ford and Natasha de Vere / Flickr creative commons

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Portez-vous des mutations génétiques sans effet pour vous, mais qui augmenteraient le risque pour votre futur enfant d'être atteint de certaines maladies ? Il sera bientôt possible aux américains de le savoir, sans passer par la case médecin.

Deux ans après avoir été forcée par l'agence américaine des médicaments (FDA) à cesser la commercialisation de kits d'analyse d'ADN pour déterminer des risques de maladies, la société 23andMe a obtenu le feu vert pour vendre de nouveaux tests au public. «Nous avons travaillé avec la FDA pendant près de deux ans pour établir un cadre réglementaire permettant une vente directe aux consommateurs de tests génétiques», a annoncé mercredi Anne Wojcicki, PDG de la société privée, dans un communiqué.

199 dollars

C'est un produit différent que vend désormais 23andMe. Ces nouveaux kits permettront aux clients de savoir s'ils sont porteurs de mutations génétiques pouvant fortement accroître le risque que leurs enfants soient atteints de certaines maladies. Les test fourniront des informations sur 36 gènes pouvant être liés à des maladies, dont la mucoviscidose. La firme a augmenté le coût de son service, passé de 99 à 199 dollars.

23andMe, qui compte Google parmi ses investisseurs, avait fait sensation avec ses tests en 2013, faisant valoir le droit de tous à connaître directement ses propres informations génétiques sans passer par un médecin.

Faux vrais et vrais faux

Mais en novembre 2013, la FDA avait mis fin à ses premiers succès commerciaux en ordonnant à la start-up de cesser de commercialiser ses kits de test ADN.

La FDA s'inquiétait alors «des conséquences potentielles sur la santé» de résultats faussement positifs ou faussement négatifs.

En cas de résultat faussement positif pour un risque de cancer du sein ou de l'ovaire, une femme pourrait être amenée à entreprendre des traitements ou des examens agressifs pour tenter de le détecter. Un test faussement négatif pourrait au contraire conduire la personne à ignorer l'existence d'un vrai risque.

Les nouveaux tests de 23andMe (23 en référence aux 23 paires de chromosomes dans l'ADN humain) n'offrent plus d'évaluation de risque de cancer, de maladies cardio-vasculaires, de diabète ou d'Alzheimer qui posaient problème à la FDA. (afp/nxp)

Créé: 22.10.2015, 04h03

Articles en relation

Percée scientifique dans la compréhension du génome

ADN Des scientifiques lausannois et estoniens découvrent la signification des irrégularités dans le code génétique de l'homme, qui sont associées à des troubles du comportement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...