Passer au contenu principal

«Il faut garantir la dignité des patientes en remboursant totalement la reconstruction»

Les députés veulent inscrire dans la loi la prise en charge de toute chirurgie correctrice, y compris le tatouage du mamelon.

Cette nouvelle prestation concernerait environ 700 femmes par an en Suisse.
Cette nouvelle prestation concernerait environ 700 femmes par an en Suisse.
GETTY IMAGES

Elles sont 450 à Genève et 5500 en Suisse. Autant de femmes qui se voient diagnostiquer un cancer du sein chaque année. Près d’un tiers d’entre elles devra subir une mastectomie partielle ou totale, soit l’ablation du sein malade. Si la chirurgie reconstructive permet de lui redonner vie, le résultat n’est pas toujours à la hauteur des attentes, le nouveau sein pas toujours identique à l’autre. Alors près de 40% des patientes ont recours à une chirurgie pour ce deuxième sein, sain, qui nécessitera dans certains cas une augmentation mammaire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.