Alzheimer: la piste des microbes intestinaux se précise

SantéDes chercheurs genevois et italiens ont étudié la composition de la flore bactérienne des intestins de deux groupes de patients.

L'étude permet de creuser le lien entre microbes intestinaux et le cerveau.

L'étude permet de creuser le lien entre microbes intestinaux et le cerveau. Image: Archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs de Genève et de Brescia (I) ont publié une nouvelle étude qui conforte la piste du lien entre les microbes intestinaux et le cerveau pour comprendre la maladie d'Alzheimer.

Cette hypothèse a déjà été formulée pour d'autres maladies cérébrales comme l'autisme ou les scléroses en plaques.

Leurs travaux ont été publiés dans la revue Neurobiology of Aging, indiquent lundi les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Les scientifiques du Centre de la mémoire des HUG et du Centre national pour la recherche et le traitement d'Alzheimer et des maladies psychiatriques Fatebenefratelli (IRCCS) ont étudié la composition de la flore bactérienne des intestins de deux groupes de patients.

Bactéries

Le premier groupe souffrait de maladie d'Alzheimer avec des dépôts d'amyloïde cérébrale, une protéine produite par le cerveau. Le second groupe, avec ou sans troubles de la mémoire, n'avait pas de dépôts d'amyloïde cérébrale. Les chercheurs se sont intéressés aux bactéries aux propriétés inflammatoires ou anti-inflammatoires présentes dans leurs intestins.

Leurs résultats ont montré que les bactéries stimulant l'inflammation étaient plus abondantes chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer et à l'inverse, les bactéries connues pour leur effet anti-inflammatoire étaient plus nombreuses chez les sujets sans amyloïde cérébrale. Ces résultats se sont répétés dans les analyses sanguines.

«A ce stade, ces observations ne permettent pas d'affirmer que la maladie d'Alzheimer est directement causée par la présence de bactéries nuisibles dans les intestins», précise le professeur Giovanni Frisoni, responsable du centre genevois. «Mais elles indiquent que l'étude de l'interaction entre microbes intestinaux et cerveau est une piste de recherche sérieuse qu'il vaut la peine de poursuivre», affirme-t-il cité dans le communiqué des HUG. (ats/nxp)

Créé: 26.09.2016, 16h03

Articles en relation

Alzheimer: des signes de stabilisation

Santé Des études pointent une diminution des nouveaux cas dans les pays riches. Plus...

La lausannoise AC Immune veut entrer au Nasdaq

Biopharma L'entreprise spécialisée dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer espère lever 47,2 millions de dollars. Plus...

Genève se mobilise contre Alzheimer

Médecine La première journée genevoise consacrée à la maladie aura lieu le 21 septembre. Les HUG créent un Centre de la mémoire, alliant recherche et prise en charge clinique Plus...

Alzheimer: un essai clinique encourageant

Recherche Un traitement expérimental qui tente de réduire l'accumulation de protéines tau dans le cerveau soulève des espoirs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...