Passer au contenu principal

OrnithologieRecensement contrasté sur les lacs de Neuchâtel et Morat

Contrairement au lac de Constance, les effectifs n'ont que peu augmenté depuis le dernier comptage de novembre dans les deux lacs. La baisse de nourriture est en cause.

Le Fanel, au sud du lac de Neuchâtel, un haut lieu de villégiature pour les oiseaux d'Europe.
Le Fanel, au sud du lac de Neuchâtel, un haut lieu de villégiature pour les oiseaux d'Europe.
Keystone

Les oiseaux sont peu nombreux en ce début d'année sur le lac de Neuchâtel. Le dernier recensement du 12 janvier a permis de dénombrer 53'915 individus, un peu plus que lors du comptage de novembre mais beaucoup moins que ces dernières années.

La moyenne des cinq dernières années oscillait entre environ 83'000 et 68'000 oiseaux, montrent les statistiques dévoilées lundi par l'association de la Grande Cariçaie. «Nous n'avons pas vraiment d'explication sachant que les recensements ont été en hausse ailleurs en Suisse», relève Christophe Sahli, responsable du rapport. Il cite l'exemple du lac de Constance, où le mois de janvier figure parmi les trois plus importants comptages depuis 1967.

Baisse de nourriture

Selon Christophe Sahli, la baisse de nourriture pourrait être l'une des explications pour le lac de Neuchâtel. De même, les températures élevées pourraient avoir incité les oiseaux à rester plus au nord. «Il s'agit a priori d'une année exceptionnelle», estime-t-il, précisant qu'il faudra voir sur la durée avant de parler d'une éventuelle tendance.

La faible représentation des fuligules milouin et des nettes rousses a «fortement» influencé le total de janvier, note l'association. Mais certaines autres espèces communes ont été peu nombreuses, à l'image de la foulque macroule (pourtant abondante en novembre) ou du canard colvert. A l'inverse, certains oiseaux ont été davantage observés. C'est le cas de la grande aigrette, qui a affiché son maximum depuis le début de son recensement.

L'association de la Grande Cariçaie s'est également intéressée aux effectifs du lac de Morat, où 3499 oiseaux ont été comptés le 12 janvier. Ce total est stable par rapport aux dernières années.

Les conditions de recensement du 12 janvier ont été jugées «parfaites». Le vent très faible a lissé le lac, permettant un comptage aisé même au large. Les données de cette année sont ainsi «très fiables», précise le communiqué.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.