Passer au contenu principal

Premiers tests humains d'une pilule controversée

Un institut brésilien a commencé à tester la «pilule du cancer» sur dix patients, malgré les risques qu'elle présente.

L'institut du cancer de São Paulo a commencé à tester sur des patients une pilule controversée contre le cancer. (Lundi 25 juillet 2016 - Image d'illustration)
L'institut du cancer de São Paulo a commencé à tester sur des patients une pilule controversée contre le cancer. (Lundi 25 juillet 2016 - Image d'illustration)
AFP

L'institut du cancer de São Paulo a commencé lundi 25 juillet à tester sur des humains une pilule controversée contre le cancer.

Il s'agit du premier pas pour prouver l'efficacité d'une substance déjà utilisée par des patients, bien que non autorisée.

La dénommée «pilule du cancer», composée de la substance phosphoéthanolamine synthétique qui, théoriquement, est en mesure d'aider le système immunitaire à identifier les cellules tumorales et peut les éliminer, sera testée en phase initiale sur dix patients. Ceux-ci ne reçoivent pas d'autres traitements, a indiqué le secrétariat de la santé de l'Etat régional de São Paulo.

Si le médicament ne présente pas d'effets secondaires graves, l'étude sera élargie progressivement à un millier de personnes. Les premiers tests sur des rongeurs, à la demande du ministère des sciences et technologie, n'ont toutefois pas été très prometteurs.

Réduire la tumeur

La «pilule du cancer» a été créée par Gilberto Orivaldo Chierice, chimiste et professeur de l'université São Paulo, qui a développé dans les années 1990 une méthode pour synthétiser la phosphoéthanolamine efficace pour empêcher le développement du cancer.

Aujourd'hui à la retraite, Gilberto Orivaldo Chierice a effectué des tests sur des animaux et a mis la pilule à la disposition des patients d'un hôpital de la province de l'Etat de São Paulo, qui l'ont prise sous sa responsabilité.

L'initiative a connu un «effet boule de neige» et, selon les mots du chercheur lui-même dans une interview au site G1 de Globo, l'institut de chimie de l'université a produit plus de 50'000 capsules par mois sans aucun règlement, répondant à la demande des patients qui avaient entendu parler de son pouvoir de réduire les tumeurs.

Risques du médicament

En 2014, le laboratoire a cessé de produire la pilule, alors qu'une partie de la communauté scientifique alertait sur les risques du médicament, qui n'avait pas été soumis à tous les tests nécessaires.

L'agence nationale de santé et la société brésilienne d'oncologie se sont opposées à sa distribution, mais de nombreux patients ont eu recours à la justice pour obtenir le médicament.

Face à la pression populaire, la présidente Dilma Rousseff a promulgué en avril, quelques semaines avant d'être écartée du pouvoir, une loi qui autorisait l'utilisation de la substance, sa fabrication et distribution.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.