La pêche industrielle menace les oiseaux de mer

BiodiversitéUne étude dresse un constat alarmant: de plus en plus d'oiseaux marins n'arrivent plus à se nourrir faute de poissons. En cause: la surpêche.

Les oiseaux de mer ont toujours plus de peine à trouver du poisson pour se nourrir.

Les oiseaux de mer ont toujours plus de peine à trouver du poisson pour se nourrir. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La population d'oiseaux marins baisse dramatiquement. Selon des chiffres publiés par des scientifiques, elle a chuté de 70% entre 1950 et 2010. En outre 38% des espèces sont en voie de disparition et la moitié est en déclin. La faute à un manque de nourriture, accuse une étude du CNRS et de l'Université canadienne de Colombie-britannique parue dans la revue Current Biology.

Les pingouins, pélicans, et autres frégates ne trouvent plus assez à manger, ont du mal à se reproduire et à nidifier, constatent les chercheurs qui ont observé pendant 40 ans les interactions entre poissons et oiseaux, explique France Inter mercredi. Du coup, pour les scientifiques, il y a urgence. Le quart des manchots a ainsi déjà disparu, tout comme la moitié des sternes, selon le chercheur du CNRS de Montpellier, David Grémillet, qui a piloté l'étude.

Sardines et anchois en cause

Ce sont surtout les oiseaux marins qui se nourrissent de sardines et d'anchois qui sont menacés. Car ces poissons sont pêchés en masse, non seulement pour les humains mais aussi et surtout pour la fabrication de farines et d'huiles de poissons destinées à l’industrie agroalimentaire, explique le chercheur.

Du coup, la consommation de poissons des oiseaux est en baisse. Elle est passée de 70 à 57 millions de tonnes par an en 40 ans, alors que la pêche de sardines et autres anchois a augmenté de 59 à 65 millions de tonnes par an. Et ce n'est pas fini, puisque la pêche industrielle s’intensifie toujours plus, en particulier dans l'océan Indien et le Pacifique sud.

Comment freiner le phénomène? Les chercheurs suggèrent de réglementer les eaux internationales, pillées par tous les pays, les transformer en réserves marines protégées, voire même d'interdire la pêche de masse. (nxp)

Créé: 12.12.2018, 14h02

Les oiseaux de terre aussi

Les oiseaux de mer ne sont pas les seuls à disparaître. Ce printemps, deux études émanant du CNRS et du Museum national d’histoire naturelle français ont montré que les oiseaux des campagnes françaises étaient également frappés de «disparition massive». En quinze ans, leur présence a diminué d’un tiers. Ceci en raison de l'évolution de l'agriculture qui les prive de leur principale ressource nutritive, soit les graines sauvages.

En Suisse, le constat est encore plus alarmant: près de 40% des oiseaux colonisant les terres cultivées ont disparu en 25 ans, selon la Station ornithologique suisse de Sempach. Ce sont surtout les oiseaux des champs qui sont menacés, à l'image de l'alouette dont les effectifs ont baissé de 50% en un quart de siècle. Sont pointés du doigt l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides tueurs d’insectes.

Articles en relation

Des restes de poissons pour propulser des bateaux

Norvège L'entreprise norvégienne Hurtigruten va utiliser les restes de production de l'industrie de la pêche afin de créer un biogaz destiné aux navires de croisière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: May giflée
Plus...