Passer au contenu principal

VirusLa moitié du continent américain menacée

Un demi-milliard de personnes sont sous la menace des virus de la dengue, du chikungunya et du Zika.

Le virus du Zika, qui peut avoir des effets dévastateurs sur le développement des tissus cérébraux du foetus, pourrait devenir une arme contre le glioblastome, un cancer agressif du cerveau, révèle une étude. (Mardi 5 septembre 2017)
Le virus du Zika, qui peut avoir des effets dévastateurs sur le développement des tissus cérébraux du foetus, pourrait devenir une arme contre le glioblastome, un cancer agressif du cerveau, révèle une étude. (Mardi 5 septembre 2017)
Keystone
Des millions de moustiques porteurs d'une bactérie réduisant leur capacité à transmettre des virus ont été lâchés à Rio dans l'espoir qu'ils se reproduisent. (Mardi 29 août 2017)
Des millions de moustiques porteurs d'une bactérie réduisant leur capacité à transmettre des virus ont été lâchés à Rio dans l'espoir qu'ils se reproduisent. (Mardi 29 août 2017)
AFP
Au troisième trimestre de 2015, dans l'État brésilien du Pernambuco, les médecins constatent une élévation forte et atypique du nombre de cas de microcéphalies chez les bébés. On soupçonne le virus Zika d'en être à l'origine. Le 27 janvier, les autorités brésiliennes rapportaient 4 180 cas suspects pour l'année 2015.
Au troisième trimestre de 2015, dans l'État brésilien du Pernambuco, les médecins constatent une élévation forte et atypique du nombre de cas de microcéphalies chez les bébés. On soupçonne le virus Zika d'en être à l'origine. Le 27 janvier, les autorités brésiliennes rapportaient 4 180 cas suspects pour l'année 2015.
1 / 96

Un demi-milliard de personnes, soit la moitié des habitants des Amériques et des Caraïbes, se trouvent sous la menace des virus de la dengue, du chikungunya et du Zika, estime l'Organisation panaméricaine pour la santé (OPS).

Au total, «plus de 500 millions de personnes résident dans des zones à risque sur ce continent», a annoncé le directeur du programme d'urgence sanitaire de l'OPS Sylvain Aldigheiri lors d'une conférence jeudi à La Havane.

Selon l'expert, le virus Zika, apparu dans la région en 2015 et déclaré en février dernier «urgence sanitaire mondiale» par l'OMS, a touché jusqu'à août dernier 47 pays et territoires de la zone Amériques pour un total de 116.000 cas confirmés. A ce jour, l'OMS a enregistré des cas dans 73 pays dans le monde.

Le Zika se transmet dans la plupart des cas par une piqûre de moustique mais aussi par voie sexuelle. De nombreuses études indiquent qu'il pourrait être lié au syndrome de Guillain-Barré, un désordre neurologique rare chez les adultes pouvant parfois provoquer une paralysie passagère.

Présence élevée des moustiques transmetteurs

Le chikungunya, détecté dans les Amériques dès décembre 2013, s'est propagé «en deux ans dans tous les territoires touchés par la dengue», a ajouté M. Aldigheiri. Cette maladie provoque de fortes fièvres et des douleurs articulaires souvent invalidantes.

La dengue, autre maladie virale transmise par un moustique infecté, a touché 14,2 millions de personnes dans la région entre 2000 et 2014, pour un total de 7.000 morts, indique l'OPS.

«La situation épidémiologique» de la zone Amériques est «extrêmement complexe» du fait de la présence élevée des moustiques transmetteurs, et constitue «un défi que nous devons affronter de manière intégrée», a indiqué Carissa Etienne, directrice de l'OMS, en inaugurant une conférence consacrée au combat contre ses maladies à La Havane.

Cette réunion de deux jours, tenue en présence de responsables et experts d'une trentaine de pays dont la ministre américaine de la Santé Sylvia Burwell, vise à établir la feuille de route d'une «stratégie régionale de prévention et de contrôle» de ces maladies de type arbovirus.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.