Un réchauffement modéré menace la planète

ClimatUne augmentation de 2°C de la température mondiale pourrait fortement élever le niveau global des mers.

Image: Archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un réchauffement mondial de 2°C pourrait suffire à faire fondre des pans de l'immense calotte de l'Antarctique Est. Cela entraînerait une élévation globale des mers de plusieurs mètres, selon une étude publiée mercredi dans Nature.

Les experts se sont jusqu'ici intéressés particulièrement à l'ouest du continent blanc, qui participe largement à la fonte actuelle. Mais la calotte Est, la plus grande du monde, qui renferme environ la moitié de l'eau douce du globe, compte aussi des parties sous l'eau, ce qui la rend très vulnérable au réchauffement.

Des chercheurs ont étudié les couches de sédiments marins déposés lors de la dernière fonte du bassin de Wilkes, il y a environ 125'000 ans. Et ils ont découvert que 2°C suffirait à faire repartir la fonte de ce bassin glaciaire.

Démonstration directe

«C'est la première fois que nous voyons une démonstration directe de la manière dont cette partie de la calotte a pu changer dans le passé sous l'effet d'un réchauffement assez modéré», explique à l'AFP l'auteur principal, David Wilson, de l'Imperial College.

«L'ampleur des changements cette fois-ci dépendra de l'ampleur du réchauffement, mais à 2°C environ on verra du changement».

L'accord de Paris adopté en 2015 par la communauté internationale vise à garder le réchauffement sous 2°C par rapport au niveau de la Révolution industrielle -- sachant que sur ces 2°C, la planète a déjà gagné 1°C.

Selon l'équipe, si le mercure se maintient à 2°C pendant plusieurs centaines d'années, la glace de Wilkes disparaîtra, élevant le niveau global des mers d'environ 4 m. Or si les émissions de gaz à effet de serre gardent leur tendance actuelle, la Terre dépassera de loin ces 2°C, pour atteindre 3°, voire 4 à 5°C.

L'équipe a étudié des échantillons de sédiments tirés de plusieurs périodes interglaciaires, remontant jusqu'à 450'000 ans, autant de périodes où le niveau des océans était supérieur de plusieurs mètres au niveau actuel.

«Il paraît probable que la perte de glaces de la calotte Est-Antarctique ait contribué à ces niveaux océaniques», souligne un autre auteur de l'étude, Kevin Walsh, de l'Université du Queensland.

Mais si la Terre a plusieurs fois connu des températures supérieures aux températures actuelles, le réchauffement d'aujourd'hui, lié aux activités humaines, est une tout autre histoire, souligne David Wilson.

Fin de siècle

«L'échelle de temps des cycles interglaciaires était de dizaines de milliers d'années. Aujourd'hui nous parlons de situations qui pourraient être atteintes d'ici la fin du siècle», dit-il.

Pour lui, «avec des températures mondiales qui ont déjà atteint 1°C, la perte de glaces semble inévitable si nous n'arrivons pas à réduire nos émissions». (ats/nxp)

Créé: 19.09.2018, 22h29

La lutte pour le climat passe par un prix sur le carbone (Banque mondiale)

La lutte contre le changement climatique passe nécessairement par une tarification des gaz à effet de serre émis, et donc du carbone, a plaidé mercredi la directrice générale de la Banque mondiale en marge d'une réunion du G7 sur l'environnement. «Nous pensons très fermement que nous pouvons envoyer un signal économique en lançant un prix fictif sur le carbone», a déclaré à l'AFP Kristalina Georgieva depuis Halifax, où se tient jusqu'à vendredi une rencontre du G7 consacrée à l'environnement, aux océans et à l'énergie. Cette méthode de prix fictif sur le carbone permet de mesurer le coût social des dossiers soumis à la Banque mondiale, en prenant en compte «les émissions de gaz à effet de serre dans l'évaluation et la priorisation des projets» privés et publics qu'elle finance, afin de pénaliser les plus polluants.

Articles en relation

Un réchauffement à 1,5° ou à 2° sera différent

Environnement La situation climatique n'est pas encore «catastrophique», a affirmé jeudi à Genève le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale. Mais... Plus...

Réchauffement: la Suisse fait mieux, mais pas assez

Rapport L'impact environnemental de la Suisse par personne a diminué de 19% en 20 ans, selon une étude de l'OFEV publiée ce lundi. Mais il reste 3 fois supérieur à ce que la planète peut endurer. Plus...

Le monde a marché pour le climat

Réchauffement climatique Des dizaines de milliers de personnes se sont mobilisées lors de marches pour le climat, samedi partout dans le monde. Plus...

700 scientifiques tirent la sonnette d'alarme

Réchauffement climatique Un collectif de scientifiques français veut pousser les dirigeants à prendre des mesures contre le réchauffement climatique. Plus...

Le changement climatique nuit aussi à nos poumons

Santé Plusieurs organisations tirent la sonnette d'alarme sur les conséquences du réchauffement climatique sur la santé respiratoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...