Moins de pets des vaches pour préserver la nature

AgricultureUn projet lancé dans le canton de Berne vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre par kilo de lait. 46 exploitations ont pu réduire leurs émissions de CO2.

Une gestion plus adaptée des vaches laitières permet d'économiser 5% d'émissions de méthane par kilo de lait.

Une gestion plus adaptée des vaches laitières permet d'économiser 5% d'émissions de méthane par kilo de lait. Image: archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis que l'on sait que les flatulences des vaches produisent du méthane néfaste au climat, l'image du lait suisse en a pris un coup. Un projet lancé dans le canton de Berne entend réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre par kilo de lait d'ici 2030.

Ce partenariat public-privé regroupe l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG), Nestlé Suisse et aaremilch AG, ont indiqué ses responsables jeudi devant la presse à Konolfingen (BE) en présentant les premiers résultats.

En une année, les 46 exploitations-pilotes de la région ont réussi à réduire leurs émissions de CO2 de 123 tonnes par rapport à la situation de départ (période 2014 – 2016), soit l'équivalent des émissions de 20 tours du monde en voiture.

D'ici 2020, le projet de lait «écophile» devrait permettre d'économiser près de 50 grammes d'équivalent CO2 par kilo de lait, soit une réduction de 10%. Un tel résultat est rendu possible en combinant plusieurs mesures, entre autres en laissant vivre les vaches plus longtemps.

Méthane et vache laitière

Actuellement, une vache laitière vit en moyenne cinq ans et produit du lait pendant trois ans environ. En la laissant vivre deux ans de plus, les gaz à effet de serre émis pendant la croissance de la génisse, durant laquelle elle produit du méthane mais pas de lait, sont répartis sur une plus longue période et une plus grande quantité de lait. Cette simple mesure permet d'économiser 5% d'émissions de méthane par kilo de lait.

D'autres optimisations au niveau de l'élevage sont à l'essai. En collaboration avec la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) de la Haute école spécialisée bernoise, le programme teste des aliments et des compléments alimentaires permettant de réduire les émissions de méthane.

«Modèle de production durable»

Ces diverses mesures visent une réduction de 20% des émissions d'équivalent CO2 par kilo de lait d'ici 2030. «Nous sommes convaincus que les résultats que nous obtiendrons nous permettront de faire de l?économie laitière suisse dans son ensemble un modèle de production durable et respectueuse de l'environnement au niveau international», déclare Adrian Aebi, vice-directeur de l'OFAG, cité dans un communiqué des trois partenaires.

«La complexité de la thématique exige davantage que des opérations express visant à se profiler sur le marché à court terme», ajoute Donat Schneider, directeur d'aaremilch AG.

Professeur en environnement durable à la HAFL, qui assure le suivi scientifique du projet, Jan Grenz souligne que «les émissions de gaz à effet de serre générées par les vaches laitières, notamment le méthane produit lors de leur digestion, dépendent d'un grand nombre de facteurs et d'interactions. Les quantifier et les réduire sans pour autant augmenter la consommation de ressources est un véritable défi». (ats/nxp)

Créé: 28.06.2018, 14h57

Articles en relation

Les émissions de méthane sont dangereuses

Réchauffement climatique Le boom de ce gaz est hautement plus nocif pour le climat que le CO2, explique une étude. Plus...

Toujours moins de vaches laitières

Suisse La Suisse n'a plus compté aussi peu de ruminants depuis la fin des années 80, indique le service d'information agricole alémanique. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Barrière de röstis pour les initiatives alimentaires
Plus...