Un musée des mondes polaires s’installe au pied de La Dôle

Les RoussesA un jet de pierre de la frontière suisse ouvre pour Noël un espace muséal et de loisirs sur les pôles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En juillet 2015, le futur Espace des mondes polaires a eu chaud! Un incendie détruisait la toiture du musée en construction dans la station des Rousses à Prémanon, village de 1000 habitants situé derrière La Dôle, à quelques kilomètres de la frontière suisse. Retardée de six mois, l’ouverture de ce grand complexe touristique, culturel et sportif approche désormais à grands pas. Avant Noël, les premiers visiteurs pourront se plonger dans l’ambiance des pôles, découvrir l’état des recherches ou encore patiner sur fond de banquise.

Hommage à Paul-Emile Victor

Mais pourquoi diable le seul musée de France voué aux régions de l’Arctique et de l’Antarctique a-t-il échoué dans ces forêts reculées de l’Hexagone? Parce l’un de ses plus éminents explorateurs polaires, Paul-Emile Victor (1907-1995) y avait de solides attaches. Né à Genève, l’ethnologue, écrivain et patron durant près de trente ans des expéditions françaises, a passé une bonne partie de son enfance dans le Jura, d’abord à Saint-Claude, puis à Lons-le-Saunier. Et puis c’était un ami de Pierre Marc, qui avait donné à Prémanon un petit air polaire, dans les années 1970, en important de Laponie des rennes qui faisaient la joie des touristes. En 1989, c’est donc dans ce village que le scientifique inaugurait, avec Nicolas Hulot, le Musée polaire Paul-Emile Victor. Une petite structure qui rendait hommage à sa vie et à ses travaux.

L’idée de l’agrandir revient à son directeur, Stéphane Niveau, arrivé en 2002. Géologue, mais aussi guide naturaliste à bord de navires d’expéditions d’agences de voyage, il se demandait comment retranscrire l’ambiance magique des pôles dans le musée. «Mais dans ce vieux bâtiment biscornu, ce n’était pas possible. Alors nous avons lancé les premières études pour un nouveau musée», explique le responsable scientifique et culturel.

Quatorze ans d’attente

Il aura fallu quatorze ans pour dessiner plusieurs plans, convaincre la région, réunir le financement – 9 millions d’euros – et aboutir à un complexe de 5000 m2 qui centralise non seulement des expositions permanentes et temporaires, mais encore divers équipements de sport, de culture et de services qui répondent à la diversification des activités nécessaire dans une station de montagne de moyenne altitude (lire ci-contre).

«Avec ce magnifique outil, on espère attirer près de 50 000 visiteurs par année»

C’est pourquoi le département du Jura, la région Bourgogne-Franche-Comté, divers organismes d’Etat et des mécènes (pour 3 millions d’euros) ont soutenu ce projet porté par la Communauté de communes des Rousses. Celle-là même qui reprend dès cet hiver, à travers la société Sogestar, la gestion du domaine skiable de La Dôle.

Le nouveau musée a été construit à côté de l’ancien, sur une parcelle qui abritait déjà la seule patinoire de la région, ainsi qu’une salle de sport. Dans un concept architectural bien intégré au village, malgré ses volumes généreux, l’Espace des mondes polaires a intégré ces deux équipements. L’ensemble, recouvert de 44 000 tuiles de zinc et d’un toit végétalisé, est chauffé par la récupération du froid de la patinoire et 15 puits géothermiques. «Avec ce magnifique outil, fonctionnel sur toutes les saisons, on espère attirer près de 50 000 visiteurs par année», conclut Stéphane Niveau.

(TDG)

Créé: 29.10.2016, 11h28

Patinoire-banquise et pôle de savoir

Le Musée de Prémanon entend devenir un centre de référence sur les pôles. Pas moins de dix-huit experts scientifiques ont validé le contenu de l’exposition permanente, qui s’étalera sur 700 m2 entre deux grandes photos (l’une de 40 m, l’autre de 20 m) de l’Arctique et de l’Antarctique. On y expliquera l’histoire, la géologie, la faune, la flore, les icebergs, l’évolution du climat et l’exploration,
la présentation mêlant savamment témoignages vidéo de chercheurs, effets de lumière reproduisant une aurore boréale et objets, du kayak des Inuits aux animaux naturalisés. «Outre les archives de Paul-Emile Victor et nos collections, nous disposerons de la plus grande librairie polaire de France», explique le directeur, dont la première exposition temporaire sera consacrée aux peuples de l’Arctique.

L’ambiance polaire régnera partout, de la patinoire où défileront des images de la vie sur la banquise au grand couloir blanc tamisé d’origami menant à un auditorium de 88 places, sans compter une salle et un jardin pédagogique pour les classes en goguette.

Outre le grand parvis qui dotera enfin Prémanon d’une place villageoise, le musée centralise divers équipements touristiques, comme l’Office du tourisme, une salle des fêtes, un grand restaurant ouvert aussi le soir donnant sur la patinoire, une boutique polaire et même un local de pique-nique pour les skieurs – les pistes de fond sont à côté – qui voudront allier sport et culture.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Des gendarmes genevois sous enquête
Plus...