La maison de paille bat Minergie-P à plate couture

EcologieLe bâtiment bioclimatique lausannois a besoin de moitié moins d’énergie qu’une construction à consommation minimale.

Inauguré en 2012, le bâtiment administratif communal est un modèle de construction écologique.?

Inauguré en 2012, le bâtiment administratif communal est un modèle de construction écologique.? Image: GERALD BOSSHARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On s’y attendait un peu, mais les résultats de l’étude menée par l’Institut national des sciences appliquées de Strasbourg (INSA) et l’EPFL n’en sont pas moins éloquents: la maison de paille de Lausanne, premier bâtiment administratif du genre en Suisse inauguré en 2012 à l’entrée de l’Etablissement horticole, consomme trois fois rien.

«Ces résultats démontrent des performances énergétiques, thermiques et écologiques qui dépassent de loin les attentes»

Plus précisément, l’énergie dont elle a besoin pour fonctionner est 50% moindre que ce qu’exige le label Minergie-P. «Ces résultats démontrent des performances énergétiques, thermiques et écologiques qui dépassent de loin les attentes», se réjouissent les autorités.

ECO46, le nom de code de la maison de paille lausannoise, est faite de paille (260 bottes), de terre crue (50 tonnes) et de bois (80 mètres cubes de sapin blanc et de hêtre rouge) de la région. Au rez-de-chaussée, on trouve une cafétéria, une salle de réunion, une petite cuisine et des toilettes sèches à composteur. A l’étage, c’est l’espace de travail des employés communaux de Parcs et Domaines à proprement parler, composé de quatre bureaux en open space et de trois autres, individuels. Au sommet de l’édifice enfin, on trouve une toiture végétalisée. ECO46 a coûté 1,6 million de francs, entièrement financés par le fonds pour le développement durable.

Et recyclable, en plus

L’étude, qui vient de sortir, relève encore une bonne qualité de l’air dans les pièces de la maison de paille. Le besoin de renouvellement d’air est par conséquent plus faible, s’abaissant jusqu’à 65% du volume de brassage habituel. Enfin, en ce qui concerne la quantité d’énergie grise, c’est-à-dire l’impact de la maison de paille sur l’environnement, elle correspond à seulement 10% de celle d’un bâtiment conventionnel, «dans l’hypothèse où, lors de la démolition, 90% de la paille serait recyclée en combustible pour générer de la chaleur», avancent les auteurs de l’étude.

Créé: 08.01.2016, 08h34

Articles en relation

Solaire et charbon: l’Inde jongle avec son énergie

Environnement Editorial Tout en misant sur le solaire, l’Inde va doubler sa production de charbon. Malgré l’accord de Paris, elle dit ne pas avoir le choix. Plus...

Le genevois Etrion, géant de l’énergie solaire au Chili

Energie Le groupe a construit une des plus grandes centrales photovoltaïques du monde et multiplie les projets. Plus...

Comment l’éclairage public s’adapte à l’heure d’hiver

Energie Les lampadaires du canton s’allument et s’éteignent à la minute près. Le signal est donné par un centre de contrôle des SIG. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...