Passer au contenu principal

EquateurGalapagos: l'Unesco protège la partie marine

L'Unesco a agrandi de près de 15 millions d'hectares la réserve de biosphère des îles Galapagos en englobant sa partie marine.

Des requins-marteaux au large des Galapagos.
Des requins-marteaux au large des Galapagos.
Keystone

L'Unesco a agrandi de près de 15 millions d'hectares la réserve de biosphère des îles Galapagos. Celle-ci s'étend désormais à la partie marine de l'archipel, a annoncé lundi le ministère équatorien de l'Environnement.

«Le Conseil international de coordination du Programme sur l'homme et la biosphère, réuni à Paris, a approuvé l'extension de la réserve de biosphère (...) de 14,6 millions d'hectares et sa nouvelle dénomination comme réserve de biosphère des Galapagos», a précisé le ministère dans un communiqué.

Baptisée jusque-là «réserve de biosphère de l'archipel de Colomb», l'autre nom des Galapagos, cette dernière ne comprenait que la partie terrestre, soit une superficie de 772'000 hectares. La décision de l'Unesco «fait de la réserve de biosphère l'une des aires marines d'importance internationale parmi les plus grandes du monde», a souligné le ministère.

L'archipel équatorien des Galapagos, déclaré Patrimoine naturel de l'Humanité par l'Unesco en 1978, est situé à un millier de km des côtes sud-américaines et compte 25'000 habitants. Sa flore et sa faune uniques au monde intéressent particulièrement les scientifiques. C'est après avoir visité ces îles dans sa jeunesse que le naturaliste britannique Charles Darwin a conçu sa théorie de l'évolution.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.