Fukushima et Tchernobyl seront surveillées depuis l'espace

Japon/UkraineL'Ukraine et le Japon ont annoncé lundi s'être mis d'accord pour lancer un projet commun visant à surveiller depuis l'espace leurs centrales nucléaires de Tchernobyl et de Fukushima.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous nous sommes mis d'accord pour coopérer dans le secteur spatial pour surveiller les régions autour de Tchernobyl et de Fukushima», a déclaré le ministre japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida, à l'issue d'une rencontre avec son homologue ukrainien, Leonid Kojara.

Le projet prévoit notamment la mise en orbite de huit satellites en miniature d'ici à 2014 pour recueillir des informations sur les effets de la fuite radioactive sur les zones voisines de ces deux centrales accidentées.

Développés par le Japon, les satellites d'un poids d'environ 60 kilos seront mis en orbite à environ 600 kilomètres d'altitude par des lanceurs ukrainiens, selon le Ministère japonais des affaires étrangères.

Les appareils devront prendre des images des zones désignées toutes les deux heures et recevront également des informations sur l'enregistrement de niveaux élevés de radioactivité dans ces zones, selon la même source.

Même s'ils sont très différents, les accidents de Fukushima et de Tchernobyl sont les seules catastrophes nucléaires à avoir été classées au niveau maximum de 7 sur l'échelle des événements nucléaires et radiologiques (INES).

A la suite d'un séisme sous-marin de magnitude 9 en mars 2011, un tsunami gigantesque s'est abattu sur les côtes du Nord-Est du Japon, détruisant de nombreuses habitations et endommageant gravement la centrale nucléaire de Fukushima.

«Liquidateurs»

Environ 19'000 personnes ont péri à la suite du séisme et du tsunami, mais il n'y a aucune statistique officielle quant aux décès directement liés aux radiations nucléaires émanant de la centrale.

De son côté, l'explosion, le 26 avril 1986, du réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl, située à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, a contaminé l'Ukraine, la Russie et le Bélarus, alors entités de l'URSS, ainsi qu'une bonne partie de l'Europe.

Des milliers de «liquidateurs» avaient alors été dépêchés sans protection sur les lieux de l'accident pour éteindre l'incendie provoqué par l'explosion et enfouir le réacteur touché.

Le comité scientifique des Nations unies sur les effets des rayonnements ne reconnaît que la mort de 31 opérateurs et de pompiers directement liée à la catastrophe, alors que, selon Greenpeace, au moins 100'000 morts sont imputables à la contamination radioactive. (ats/nxp)

Créé: 26.08.2013, 21h36

Articles en relation

Tepco promet des «mesures radicales» à Fukushima

Eau contaminée La compagnie gérante de la centrale de Fukushima a promis de prendre des mesures importantes pour endiguer la fuite de l'eau contaminée. Plus...

La pêche de nouveau stoppée en raison de la radioactivité

Fukushima La centrale de Fukushima vient d'estimer à 30'000 milliards de becquerels la quantité de césium et strontium radioactifs qui auraient coulé dans l'océan depuis 2011. Les pêcheurs arrêteront leur activité en septembre. Plus...

L'eau hautement radioactive pourrait s'écouler en mer

Fukushima La fuite de 300 tonnes d'eau hautement radioactive survenue dans la centrale est classée en niveau 3. Tepco reconnaît qu'une partie pourrait s'être écoulée en mer. Plus...

Des flaques d'eau radioactive à la centrale de Fukushima

Japon Des flaques contenant de l'eau extrêmement radioactive ont été découvertes près de réservoirs d'eau à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima. Plus...

L'eau contaminée commence à être pompée

Fukushima Tepco a commencé vendredi à pomper l'eau souterraine radioactive afin qu'elle ne se déverse pas dans l'Océan Pacifique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...