«Pour les enfants, celui qui domine c'est l'homme»

Etude À partir de quatre ans, une majorité d'enfants associe une posture de domination au genre masculin, et une posture soumise au genre féminin.

Aucun des deux personnages présentés aux enfants n'offre le moindre indice sur son genre et pourtant.

Aucun des deux personnages présentés aux enfants n'offre le moindre indice sur son genre et pourtant. Image: Sex Roles

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dès l'âge de quatre ans, les enfants, surtout les garçons, associent généralement pouvoir et masculinité, selon une étude publiée jeudi dans la revue scientifique Sex Roles.

Deux figures dessinées

«Dans les interactions entre des figures masculines et féminines, les enfants ont tendance à associer l'individu qui domine au masculin», explique à l'AFP Jean-Baptiste Van Der Henst, de l'Institut des Sciences Cognitives Marc Jeannerod, coauteur de l'étude portant sur plus de 900 enfants de 3 à 6 ans.

Sur une feuille, deux enfants sont dessinés. L'un dans une posture de domination, l'autre représentant la subordination.

Aucun des deux personnages n'offre le moindre indice sur son genre et pourtant, «à partir de quatre ans, une large majorité d'enfants considère que le personnage dominant est un garçon», rapportent les chercheurs dans un communiqué du CNRS. Qu'ils soient garçons ou filles, qu'ils vivent au Liban, en France ou en Norvège. «Nous avons été étonnés de ne pas avoir de différence entre les pays, notamment entre le Liban et la Norvège», considérée comme moins inégalitaire sur cette question, avoue Jean-Baptiste Van Der Henst.

Lors d'une autre expérience, les chercheurs ont demandé aux enfants de choisir dans la peau duquel des deux enfants dessinés ils se verraient bien.

Petites filles plus indécises

Résultat: si les garçons ont désigné le dominant, les filles, lorsqu'elles s'imaginaient face à un garçon, se sont indifféremment identifiées à l'un ou l'autre des personnages. «Les petites filles sont moins enclines à considérer que le genre qui domine est celui des garçons», note le chercheur CNRS.

Poursuivant leur recherche, les chercheurs ont ensuite fait le choix de confronter les enfants à des personnages très genrés: une marionnette fille et une marionnette garçon, aux voix identiques.

Les deux figurines jouent d'abord ensemble devant les enfants puis disparaissent de leur champ de vision tout en continuant à discuter.

Rapidement, l'une impose ses choix à l'autre. «Les garçons avaient tendance à dire que c'était la marionnette garçon qui décidait alors que les filles n'assignaient pas plus la posture de pouvoir à la marionnette garçon qu'à la marionnette fille», résume le chercheur CNRS.

«On a, au niveau global, une tendance à associer masculinité et pouvoir mais avec des variations selon le genre des participants dans certaines expériences», résume-t-il.

Pourquoi cette variation? Dans la première expérience, le pouvoir est exprimé par une posture. «Peut-être que cette forme de pouvoir un peu agressif, coercitif, est davantage associée à quelque chose de masculin», avance Jean-Baptiste Van Der Henst. (afp/nxp)

Créé: 09.01.2020, 11h35

Articles en relation

Une poupée «inclusive» sans identité sexuelle

Jouets Afin de permettre aux enfants de «s'exprimer librement», le fabricant Mattel a lancé une nouvelle ligne de poupées dénuées d'identité de genre. Plus...

Le Vatican veut mieux contrer la théorie du genre

Catholicisme Le Vatican a publié un texte contre la théorie du genre qui doit être ensuite transmis aux établissements d'enseignement catholique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève féminise ses panneaux de signalisation
Plus...