Brûler tous les hydrocarbures ferait fondre l'Antarctique

ClimatBrûler toutes les réserves disponibles de charbon, de gaz et de pétrole de la planète, ferait fondre entièrement les glaces de l'Antarctique, selon une étude publiée vendredi.

L'Antarctique pourrait perdre de la glace pendant au moins les prochains 10'000 ans.(Photo d'illustration)

L'Antarctique pourrait perdre de la glace pendant au moins les prochains 10'000 ans.(Photo d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Un tel scénario ne se produirait pas rapidement, mais ces travaux montrent que par nos activités aujourd'hui nous sommes en train de bouleverser notre planète, et ce pour des dizaines de milliers d'années», estime Ricarda Winkelmann, une chercheuse du Potsdam Institute for Climate Impact Research en Allemagne, principal auteur de l'étude parue dans la revue américaine Science Advance.

«Si nous voulons éviter un tel scénario, nous devons laisser le charbon, le gaz naturel et le pétrole dans le sol», insiste la scientifique. Selon elle, le risque à long terme s'accroît avec chaque dixième de degré de réchauffement de la Terre.

Si l'on en croit les dernières estimations, la contribution des glaces de l'Antarctique à la montée des océans dans le futur se limitera probablement à quelques mètres si le réchauffement planétaire n'excède pas 2 degrés Celsius par rapport à la période préindustrielle.

Régions côtières dévastées

Dépasser ce seuil finirait par déstabiliser les glaces de l'ouest et de l'est de l'Antarctique, ce qui provoquerait une élévation du niveau des océans et dévasterait les régions côtières partout sur le globe et ce pendant des millénaires. Des villes comme Tokyo, Hong Kong, Shanghai, Calcutta, Hambourg ou New York seraient alors affectées.

«Le fait d'utiliser de plus en plus d'énergies fossiles accroît le risque de déclencher des changements que nous ne pourrions peut-être pas arrêter ou inverser dans l'avenir», met en garde Anders Levermann, de l'institut Potsdam, coauteur de ces travaux. «La fonte des glaces de l'Antarctique occidental a peut-être déjà franchi un point de non-retour», selon lui.

Brûler toutes les réserves accessibles de charbon, de pétrole et de gaz naturel, entraînerait des émissions de CO2 (dioxyde de carbone) d'environ 10'000 milliards de tonnes, ont calculé ces chercheurs. L'Antarctique perdrait de la glace pendant au moins les prochains 10'000 ans, ce qui ferait monter les océans jusqu'à trois mètres par siècle pendant le premier millénaire. (ats/nxp)

Créé: 12.09.2015, 07h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...