Passer au contenu principal

SuisseAction pour mieux protéger la santé des végétaux

De nombreux acteurs suisses, dont Berne, s'allient pour mieux protéger la santé des végétaux, si importante pour l'alimentation ou la biodiversité.

La santé des végétaux est toujours plus fortement menacée par des agents pathogènes et des organismes nuisibles, estime Berne.
La santé des végétaux est toujours plus fortement menacée par des agents pathogènes et des organismes nuisibles, estime Berne.
Keystone

Confédération, agriculteurs, propriétaires forestiers et horticulteurs s'allient pour mieux protéger la santé des végétaux. Leur bonne santé est importante pour l'alimentation, la protection contre les dangers naturels et la préservation de la biodiversité, ont-ils martelé.

«Du fait de l'intensification du trafic international des marchandises et des touristes, la santé des végétaux est toujours plus fortement menacée par des agents pathogènes et des organismes nuisibles», ont indiqué jeudi des représentants des offices fédéraux de l'agriculture (OFAG) et de l'environnement (OFEV), de l'Administration des douanes (AFD) et d'organisations privées, comme l'Union suisse des paysans (USP) dans un communiqué. L'action est menée dans le cadre de l'année internationale de la santé des végétaux.

Face à ces menaces, la prévention est devenue «plus importante», ont-ils ajouté, soulignant que les plantes cultivées et sauvages en bonne santé sont de «prime importance pour la nature et pour l'économie».

Tour de vis

La Confédération va ainsi durcir la législation sur les importations de végétaux et de parties vivantes de végétaux. Dès le 1er mars, il sera interdit d'en importer de pays non membres de l'UE sans certificat phytosanitaire. «Des maladies et parasites de plantes sont souvent introduits sur un territoire par l'intermédiaire de végétaux», a rappelé la coalition d'acteurs dans le communiqué.

Les organismes nuisibles peuvent provoquer «des pertes massives et mettre en danger la production». «Presque chaque année, un nouveau parasite ou une nouvelle maladie met l'agriculture face à de nouveaux défis», précise le texte. La punaise diabolique a par exemple causé des dommages pour trois millions de francs l'an dernier, selon des indications fournies par la branche.

Détection précoce

Dans cette optique, les agriculteurs, les propriétaires forestiers, les jardiniers peuvent contribuer à la détection précoce de parasites et de maladies de végétaux, explique le communiqué.

Outre l'OFAG, l'OFEV, l'AFD et l'USP, ForêtSuisse, Jardin Suisse et la Fédération suisse des jardins familiaux (FSJF) participent à l'action. Le prochain événement national consistera en la présentation d'un timbre spécial par La Poste le 12 mars.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.