Les cosmétiques en bavent pour l’écume de l’escargot

BeautéLes propriétés régénérantes des sécrétions du gastéropode font mouche en crèmes, gels et sérums

Au Japon, des soins esthétiques font appel à de vrais escargots. Ici, le principe actif de leur bave est mis en pots.

Au Japon, des soins esthétiques font appel à de vrais escargots. Ici, le principe actif de leur bave est mis en pots. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La disgracieuse bave que laisse l’escargot lorsqu’il avance se retrouve désormais dans de fort gracieux pots de cosmétiques. Si, au Japon et en Russie notamment, des instituts vont jusqu’à faire se balader les bêtes gluantes sur le visage de leurs clientes, en Europe, la fameuse écume s’invite de plus en plus dans les produits de beauté.

L’Amérique du Sud, qui compte de nombreuses fermes d’élevages de petit-gris – l’Helix aspersa de son nom scientifique – a été la première à découvrir les vertus de leur fluide. Fils d’éleveurs chiliens, Fernando Bascunan Ygualt, étudiant en médecine, a voulu savoir dans les années 80 pourquoi ses parents arboraient des mains superbes, qui cicatrisaient très vite en cas de coupure. Après de nombreuses recherches mettant en évidence plusieurs substances bienfaisantes pour la peau dans la bave d’escargot, la crème Elicina est née en 1995.

La vogue s’est propagée à l’Europe par l’Espagne, avec les marques Armonia ou Babaria. En France, Hélicrème, Jeanne M ou Petit Gris ont suivi. D’abord multi-usages et unisexes, convenant tant aux peaux jeunes que matures, les soins se sont peu à peu diversifiés, avec des formules spécifiques contre le vieillissement, l’acné, les rides ou les imperfections cutanées.

En Suisse, la marque Elona a misé sur la bête à coquille. «En 2008, une étude scientifique a révélé les puissantes propriétés régénératives de la sécrétion d’escargot pour l’épiderme humain, puis d’autres études ont confirmé ces données», argumente le directeur Olivier Sauzet. Après avoir collaboré avec un fabricant de cosmétiques chilien, la société s’est lancée en automne dernier en solo, ou presque. Si le principe actif provient toujours d’un fournisseur basé au Chili, la formule et le produit final sont élaborés en Suisse romande, par un laboratoire indépendant répondant aux normes ISO.

La maison basée à Rolle propose une palette complète pour le visage, non pas à la bave, mais à «l’élixir» d’escargot. Car l’offre se veut haut de gamme. Des soins à pratiquer en institut par des esthéticiennes ont d’ailleurs été développés en parallèle par Mena Pignone, cofondatrice de la société. Couplés à des massages au pinceau ou aux thermobulles chauffantes, «ils permettent de travailler sur l’éclat de la peau, avec un résultat immédiat.»

Haute teneur en principe actif

Les produits revendiquent une haute tenir en principe actif (81,5% pour le soin purifiant). Ils ne contiennent en outre pas de parabènes. Car, sans être bio, la marque souhaite se rapprocher le plus possible des soins naturels, très en vogue en ce moment. Le traitement réservé aux producteurs de bave se veut aussi éthique: les escargots sont placés sur des grilles verticales, leurs sécrétions qui coulent dans des bacs sont recueillies puis purifiées. Les bêtes sont ensuite remises dans un environnement vert: «Il n’y a pas de stimulation de leurs sécrétions par des produits chimiques ou avec des chocs électriques, comme cela se fait parfois ailleurs», souligne Olivier Sauzet.

A la Pharmacieplus du Flon à Lausanne, qui propose les produits Elona, la responsable, Caroline Reitzel, raconte les avoir testés avec son équipe. «Ils sont agréables, la crème purifiante assainit bien l’épiderme, et de plus quand nous distribuons des échantillons, les gens reviennent acheter le produit.» Le côté naturel et «swissness» a aussi séduit l’enseigne. «La traçabilité est très importante.»

Fondatrice du site Internet français l’Observatoire des cosmétiques, Laurence Wittner relève «les propriétés intéressantes de la bave d’escargot dans le secteur de la régénération de la peau et de l’anti-âge» telle que l’allantoïne, pour apaiser, réparer et hydrater, l’élastine, le collagène et les vitamines. «Ces composés peuvent provenir d’autres sources, mais les consommatrices peuvent être attirées à la fois par le caractère insolite de cet ingrédient et son origine naturelle.» Elle ne voit pas de risque spécifique à ce type de produit.

Quant à leur efficacité, il ne faut toutefois pas en attendre des miracles. Bernard Noël, dermatologue au Mont-sur-Lausanne, est sceptique: «Ça reste des cosmétiques. Ils ne sont pas enregistrés comme médicaments, il n’y a donc aucune étude scientifique sérieuse qui démontrerait qu’ils sont plus efficaces que de simples crèmes hydratantes.»

(TDG)

Créé: 02.05.2015, 10h15

Bien choisir son produit

Sur Internet, plusieurs marques proposant des crèmes ou autres gels à base de bave d’escargot se présentent comme «la première» «l’originale», «l’unique», etc. Dès lors, comment bien choisir?

Fondatrice de l’Observatoire des cosmétiques, la Française Laurence Wittner rappelle quelques principes: «Il faut regarder où est situé l’actif revendiqué dans la liste des ingrédients. Ceux-ci doivent être inscrits dans l’ordre décroissant d’importance en poids ou en volume. Plus il est situé au début, plus il est présent en quantité importante… et plus il a des chances d’être efficace.»

Il est en outre bon de prendre connaissance de la totalité de la composition: «Y a-t-il par exemple de bons actifs comme des huiles végétales nourrissantes de la peau, ou d’autres pouvant agir en synergie avec l’ingrédient principal pour optimiser son action?» Enfin, il faut aussi regarder si le produit contient des conservateurs comme les parabènes ou des allergisants, comme les lauryl sulfates par exemple.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'affaire Maudet inquiète jusqu'à Berne
Plus...