Injection mensuelle au lieu des comprimés quotidiens

SidaUne injection par mois de traitement antirétroviral suffit à maintenir le virus du sida en sommeil, selon une étude publiée lundi.

La perspective pourrait soulager les personnes séropositives, devant actuellement prendre un comprimé tous les jours leur vie durant.

La perspective pourrait soulager les personnes séropositives, devant actuellement prendre un comprimé tous les jours leur vie durant. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un échantillon de 230 patients porteurs du VIH, mais avec une charge virale indétectable, s'est vu injecter deux molécules d'antirétroviraux toutes les quatre semaines ou toutes les huit semaines, pendant près de deux ans.

A l'issue de cette période, 87% d'entre eux avaient toujours une charge virale indétectable dans le groupe qui a reçu une injection toutes les quatre semaines. Le taux était de 94% chez ceux qui ont reçu une injection toutes les huit semaines.

Ces proportions sont comparables à celles rencontrées dans le groupe témoin de 56 patients qui a continué à prendre un comprimé par jour (84%), selon les résultats de cette étude de phase II, présentée lors de la Conférence internationale de recherche sur le sida à Paris.

La première molécule injectée, cabotegravir, est développée par ViiV Healthcare, une filiale de GSK, Pfizer et Shionogi spécialisée dans le VIH, tandis que la seconde, rilpivirine, est développée par Janssen (groupe Johnson and Johnson).

Les deux laboratoires ont conclu une alliance pour faire de la combinaison de ces deux molécules «le premier traitement injectable à action prolongée» contre le VIH.

Un tel traitement «pourrait offrir une alternative efficace et acceptable pour les personnes qui sont parvenues à une charge virale indétectable mais qui peinent à suivre un traitement oral quotidien pour contrôler leur VIH», a estimé Paul Stoffels, directeur scientifique de Johnson and Johnson, dans un communiqué.

L'observance, un défi

«L'observance du traitement reste un défi important» dans la lutte contre le VIH, a souligné le Dr David Margolis, de ViiV Healthcare et l'un des auteurs de l'étude, car un mauvais suivi peut entraîner des échecs thérapeutiques et favorise l'apparition de résistances aux médicaments anti-VIH.

«Il devra y avoir un arbitrage entre le confort de ne plus avoir à suivre le traitement oral et les inconvénients associés au traitement antirétroviral à action prolongée par injection», en particulier dans les pays où il n'y a pas de problème de disponibilité des comprimés d'antirétroviraux, a toutefois souligné Mark Boyd, de l'université d'Adélaïde en Australie.

Il s'exprimait dans un commentaire de l'étude publié par la revue médicale britannique The Lancet. La plupart des patients de l'étude ont évoqué des douleurs à l'endroit de l'injection, et certains ont souffert de diarrhées ou de maux de tête. (ats/nxp)

Créé: 24.07.2017, 17h11

Articles en relation

Les experts du sida font le point sur la recherche

Paris Trente-quatre ans après la découverte du virus du VIH, les chercheurs butent toujours sur sa capacité à se dissimuler dans certaines cellules du système immunitaire. Plus...

Moitié moins de décès liés au sida qu'il y a 10 ans

Santé Un million de personnes sont mortes de maladies liées au VIH en 2016, soit presque moitié moins que lors du pic de décès de 2005. Plus...

Les stars se mobilisent contre le sida

Festival de Cannes Nicole Kidman et Dustin Hoffman co-présideront le 25 mai le 24e gala de l'amfAR, fondation américaine contre le sida, durant le festival de Cannes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Russiagate: y a-il eu collusion entre Trump et Poutine?
Plus...