25 millions d'avortements dangereux par an

SantéQuelque 45% de toutes les IVG dans le monde se font dans des conditions dangereuses, révèle une étude de l'OMS publiée jeudi.

Un médecin américain discute avec sa patiente qui cherche à avorter au Texas. (3 juin 2016)

Un médecin américain discute avec sa patiente qui cherche à avorter au Texas. (3 juin 2016) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Près de la moitié des avortements réalisés chaque année dans le monde (25,5 millions sur un total de 55,7) ne se déroule pas dans des conditions de sécurité suffisantes. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) tire la sonnette d'alarme dans une étude publiée jeudi.

Parue dans la revue The Lancet, cette étude «souligne le besoin de garantir un accès sûr à l'avortement tel que la loi le permet (selon les pays, ndlr), en particulier dans les pays à faible revenu, et la nécessité de remplacer les méthodes peu sûres par des méthodes sûres», selon ses auteurs.

L'étude a été menée par l'OMS en partenariat avec l'institut américain Guttmacher, spécialisé dans le contrôle des naissances. Les auteurs ont utilisé une échelle de trois niveaux pour évaluer le plus finement possible les pratiques d'avortement: «sûres», «moins sûres» et «les moins sûres».

Méthode datée

Quelque 55% (30,6 millions) des avortements pratiqués entre 2010 et 2014 dans le monde sont considérés comme sûrs, c'est-à-dire réalisés par un personnel formé et selon une méthode recommandée par l'OMS (administration de médicaments, aspiration...). Environ 30,7% (17,1 millions) des avortements sont considérés comme «moins sûrs». C'est le cas s'ils sont réalisés par un personnel formé mais avec une méthode datée (comme par exemple le curetage), ou à l'inverse avec des moyens sûrs (dont l'usage du misoprostol, un médicament largement utilisé) mais en l'absence de personnel compétent.

Au bas de l'échelle, on trouve les avortements «les moins sûrs» (14,4%, soit 8 millions), car réalisés par des gens qui ne sont pas formés et utilisent des méthodes dangereuses et/ou invasives (ingestion de substances caustiques, insertion de corps étrangers, utilisation de breuvages traditionnels...)

Liés aux lois

La proportion d'avortements «sûrs» est de 25% ou moins dans la plupart des régions d'Afrique et d'Amérique Latine. Cependant, en Amérique Latine, la plupart des avortements considérés comme pas suffisamment sûrs figurent dans la catégorie «moins sûrs», et non «les moins sûrs», contrairement à l'Afrique.

Dans les pays développés, 87,5% des avortements sont considérés comme «sûrs». L'exception notable est l'Europe de l'Est, où la proportion des avortements considérés comme pas suffisamment sûrs est plus élevée qu'en Europe de l'Ouest (14,2% contre 6,5%), «sans doute en raison de la persistance de pratiques médicales datées comme le curetage».

«La plus haute proportion d'avortements sûrs est observée dans les pays où les lois sont les moins restrictives, qui ont un haut niveau de développement économique et des infrastructures de santé développées», note l'auteur principal de l'étude, le docteur Bela Ganatra de l'OMS. (ats/nxp)

Créé: 28.09.2017, 00h35

Articles en relation

Un référendum sur l'avortement en 2018

Irlande Le gouvernement irlandais organisera au printemps 2018 un référendum sur l'avortement, actuellement illégal dans le pays. Plus...

Le Chili entrouvre la porte à l'avortement

Amériques Les interruptions de grossesse thérapeutiques ont été dépénalisées par le Tribunal constitutionnel. Plus...

L'enfant victime de viol ne pourra pas avorter

Inde La justice indienne a rejetté la demande d'avortement d'une fillette de 10 ans violée par son oncle et enceinte de 8 mois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...